Terreur dans l’Aude : retour sur le déroulement des attaques terroristes

Vendredi dernier, un homme se revendiquant de Daech s’est retranché, avec des otages, dans un supermarché de Trèbes.

Peu après 10 heures, à Carcassonne, un individu armé a d’abord braqué un automobiliste, pour lui voler sa voiture, une Opel Corsa blanche. Il a ouvert le feu, tuant le conducteur et blessant le passager. Ce dernier a été transporté à l’hôpital de Perpignan, précise « Le Monde ».

Quelques minutes plus tard, l’assaillant a visé par balle un groupe de CRS rentrant d’un footing. L’un d’entre eux a été blessé à l’épaule. « Six douilles ont été retrouvées sur place », a indiqué ce vendredi soir le procureur de la République, François Molins, lors d’une conférence de presse.

Le suspect a pris la fuite, s’arrêtant devant une caserne de parachutistes, avant de se rendre dans un supermarché à Trèbes, en banlieue de Carcassonne. Il a pénétré vers 11h15 dans le supermarché Super U. La voiture blanche sera retrouvée sur le parking. L’auteur des faits est entré dans le magasin en criant ‘Allah akbar’ et en indiquant qu’il était un soldat de l’État islamique. Il a ensuite tiré sur un client et un employé du magasin qui sont décédés. Des clients et des employés sont alors pris en otages.

Le terroriste retranché sollicitait la libération de « frères », a précisé le procureur. D’après plusieurs médias, il demandait notamment la libération de Salah Abdeslam, du commando terroriste du 13-Novembre.

Peu de temps après, un gendarme est rentré volontairement dans le magasin, en échange de la libération d’otages. On ignore pour le moment s’il s’agissait de la totalité des personnes retenues.

Selon le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, ce lieutenant-colonel « avait laissé son téléphone ouvert sur la table », permettant aux gendarmes d’entendre ce qu’il se passait. Puis le terroriste « a tiré à plusieurs reprises sur le colonel, qu’il a blessé très grièvement. Ce qui a déclenché l’intervention du GIGN », a précisé le procureur. François Molins, Gérard Collomb et Emmanuel Macron ont salué « l’héroïsme » de ce gendarme de 45 ans.

L’assaut a alors été donné en début d’après-midi. Une quinzaine de gendarmes sont intervenus dans le supermarché. « C’est quand nous avons entendu des coups de feu que le GIGN est intervenu », a précisé dans l’après-midi Gérard Collomb, lors d’une conférence de presse.

L’assaillant a été abattu peu après 14h30. Le dernier otage retenu, le colonel, a été blessé, ainsi que deux autres militaires du GIGN au cours de l’assaut.

L’opération terminée, le ministre de l’Intérieur a donné vers 16 heures un dernier bilan : trois victimes sont décédées dont une dans le supermarché, trois urgences absolues ont été signalées, dont l’officier de gendarmerie qui s’était volontairement substitué à des otages, ainsi que deux urgences blessées par balle dont un gendarme de la colonne d’assaut du GIGN et un CRS.

Peu avant 16 heures, l’État islamique a revendiqué les attaques de Carcassonne et Trèbes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
24 ⁄ 6 =