Dark Web

Le Dark Web est le contenu du World Wide Web qui existe sur les darknets, des réseaux overlay qui utilisent l’internet public mais sont seulement accessibles via des logiciels, des configurations ou des autorisations spécifiques.

Le Dark Web forme une petite partie de deep web, la partie du Web qui n’est pas indexée par les moteurs de recherche, bien que le terme « deep web » soit parfois utilisé de façon erronée en référence au Dark Web.

Les usagers du Dark Web appellent le web classique le Clearnet parce qu’à la différence des darknets, il n’est pas anonyme.

Le Dark Web Tor est parfois appelé onionland en référence au suffixe .onion des sites de ce réseau.

Les darknets qui hébergent le dark web incluent de petits réseaux ami-à-ami de pair à pair, ainsi que de grands et populaires réseaux tels que Freenet, I2P et Tor gérés par des organisations publiques et des individus.

Cryptomonnaie

Une cryptomonnaie, dite aussi cryptoactifs, cryptodevise ou monnaie cryptographique, est une monnaie numérique utilisable sur un réseau informatique décentralisé, de pair à pair. Elle est fondée sur les principes de la cryptographie et intègre l’utilisateur dans les processus d’émission et de règlement des transactions

Aujourd’hui les représentants de plusieurs banques centrales ont déclaré que l’adoption de cryptomonnaies telles que Bitcoin pose un défi important pour la capacité des banques centrales à influencer le prix du crédit pour toute l’économie.

Ils ont également estimé que la popularité croissante des cryptomonnaies commerciales risque de faire perdre la confiance des consommateurs dans les monnaies fiduciaires.

Gareth Murphy, un représentant de la banque centrale américaine, a enfin déclaré que « l’utilisation généralisée des cryptomonnaies rendrait plus difficile pour les organismes statistiques de recueillir des données sur l’activité économique, elles-mêmes utilisées par les gouvernements pour orienter l’économie ». Il avertit que les cryptomonnaies constituent un nouveau défi pour le contrôle des fonctions importantes de la politique monétaire et de change des banques centrales.

La capitalisation boursière de la cryptomonnaie devrait atteindre 1 000 milliards de dollars en 2018.

     

Voiture électrique

Une voiture électrique est une automobile mue par la force électromotrice d’un ou plusieurs moteurs électriques, alimentés par une batterie d’accumulateurs, une pile à combustible ou un moteur thermique couplé à un générateur électrique.

On distingue ainsi les voitures électriques à batterie comme la Tesla Model 3 et la Renault ZOE (en anglais BEV pour « Battery Electric Vehicle »), les voitures électriques à pile à combustible comme la Toyota Mirai ou les voitures hybrides électriques. Il existe également des automobiles électriques équipées de batteries et d’un prolongateur d’autonomie comme la Chevrolet Volt (en anglais EREV pour « Extended Range Electric Vehicle »).

Selon le PDG de Saudi Aramco, il y a 1,2 million de véhicules électriques dans le monde au début 2017, pour une flotte mondiale (toutes motorisations confondues) de 1,2 milliard.

Selon les prévisions, le nombre de véhicules électriques passera à 150 millions en 2040, mais la flotte mondiale atteindra alors 2 milliards, soit une pénétration d’environ 8 % du marché des véhicules légers ; le pétrole, dont le transport consomme 55 %, ne sera donc guère perturbé.

Le rapport annuel sur les scénarios énergétiques à long terme de BP table sur un parc de 100 millions de véhicules électriques en 2035.

L’Agence internationale de l’énergie a calculé, dans le scénario central de son dernier « World Energy Outlook », que 150 millions de véhicules électriques en 2040 auraient un impact sur la consommation de pétrole limité à 1,3 Mb/j (million de barils par jour), soit moins de 1 % du total mondial, et son scénario le plus volontariste, qui mise sur 715 millions de véhicules électriques en 2040, prévoit un impact de 6 Mb/j sur la consommation de pétrole, qui atteindrait encore 73 Mb/j. Même les prévisions très optimistes de Bloomberg New Energy Finance (BNEF), qui parient sur une part de 35 % de véhicules électriques dans les ventes de véhicules légers en 2040, chiffrent les économies sur la demande de brut à 13 Mb/j. Mais le PDG de Total se déclare « persuadé que le véhicule électrique va se développer plus vite qu’on ne le pense, notamment en Chine, pour des raisons de santé publique et de pollution locale, et dans les grandes métropoles occidentales ».

En juin 2016, la Norvège a déjà annoncé son intention de bannir les véhicules thermiques dès 2025.

En juillet 2017, Volvo a annoncé qu’il ne lancerait plus de voitures dotées de moteur 100 % thermique à compter de 2019 ; tous les futurs modèles de la marque suédoise adopteront des motorisations hybrides ou 100 % électriques. C’est la première fois qu’un constructeur traditionnel abandonne les moteurs à combustion, essence ou diesel. Volvo a pour objectif affiché de vendre 1 million de voitures électriques en 2025.

Le véhicule électrique permet des déplacements rapides, doux, silencieux et peu polluants en environnement industriel et urbain notamment. L’industrie automobile, notamment dans le cadre de la crise de 2008 (en Europe et en Amérique du Nord) y a parfois vu l’opportunité de relancer sa production (par le remplacement des véhicules actuels par des véhicules hybrides puis totalement électriques ou à pile à hydrogène) ; et selon une étude financée par le gouvernement français, c’est aussi « un moyen pour les constructeurs de se préserver contre de potentiels nouveaux entrants et de défendre les sites industriels des pays à hauts salaires ».

Ulysse 31

Ulysse 31 (宇宙伝説ユリシーズ31, Uchū Densetsu Yurishīzu Sātīwan?) est une série télévisée d’animation franco-japonaise en 26 épisodes de 26 minutes, créée par Jean Chalopin et Nina Wolmark d’après l’Odyssée d’Homère, réalisée sous la direction de Bernard Deyriès.

Diffusée en France pour la première fois à partir du 3 octobre 1981 au 3 avril 1982 sur FR3, la série est rediffusée sur France 3 dans Les Minikeums, puis en 2004 sur France 5 dans l’émission Midi les Zouzous, puis sur les chaînes Télétoon et Mangas.

ulysses-31.com

   

Coupe du monde 1998

La Coupe du monde de football de 1998 est la seizième édition de la Coupe du monde de football et se déroule en France du 10 juin au 12 juillet 1998.

C’est la seconde fois que la France organise la coupe du monde après 1938. Il s’agit du premier Mondial à trente-deux équipes participantes.

L’équipe hôte entraînée par Aimé Jacquet et emmenée par Zinédine Zidane remporte le premier titre planétaire de son histoire en battant le Brésil en finale 3 buts à 0, le 12 juillet 1998 au Stade de France.

Un tournoi amical, le Tournoi de France, est disputé en 1997 en guise de préparation à l’organisation de la Coupe du monde. Le début de cette coupe du monde est endeuillé par la disparition de Fernand Sastre, coprésident (avec Michel Platini) du comité d’organisation de la compétition, qui meurt d’un cancer le matin du 13 juin 1998.

Le parcours de l’équipe de France, vers le titre à domicile n’est pas des plus aisés : Les Bleus, premiers de leur groupe du premier tour avec trois victoires, battent le Paraguay 1-0 en huitièmes de finale sur un but en or marqué en prolongations par Laurent Blanc, ils éliminent ensuite l’Italie aux tirs au but 4-3 au terme d’un match au score vierge, puis viennent à bout de la Croatie en demi-finale grâce au plus improbable des buteurs : le défenseur Lilian Thuram qui marque à deux reprises pour la seule fois de sa longue carrière internationale et envoie son équipe en finale (2-1).

Dans le match face aux tenants du titre brésiliens, arrivés en finale grâce à leur victoire aux tirs au but devant les Pays-Bas (1-1 après prolongations, 4-2), Zinédine Zidane marque deux buts de la tête sur corner en première-mi temps, puis Emmanuel Petit parachève le score en fin de match alors que la France joue à dix après l’expulsion de Marcel Desailly. Le soir, sur les Champs-Elysées, environ 1,5 million de personnes fêtent la victoire des Bleus.

france98.com