Archives de catégorie : Voyages & Découvertes

Geisha

Une geisha (芸者?), aussi appelée geiko (芸子/芸妓?) ou geigi (芸妓?), est au Japon une artiste et une dame de compagnie, qui consacre sa vie à la pratique artistique raffinée des arts traditionnels japonais pour des prestations d’accompagnement et de divertissement, pour une clientèle très aisée. Elle cultive le raffinement artistique dans divers domaines tels que l’habillement en kimono, la musique classique, la danse, les rapports sociaux et la conversation, des jeux… Le mot « geisha » peut s’interpréter comme « personne d’arts » ou « femme qui excelle dans le métier de l’art ».

Les geishas étaient nombreuses aux XVIIIe et XIXe siècles. Elles existent encore dans le Japon contemporain bien que leur nombre soit en constante diminution : estimé à 17 000 dans les années 1980, il n’est plus que d’environ 200 de nos jours, principalement à Kyōto dans le quartier de Gion.

Cependant, grâce à une meilleure communication sur les activités des geishas notamment par la télévision et Internet, le nombre d’apprenties geisha (maiko) a connu récemment une nette augmentation.

L’institution multi-séculaire des geishas entretient un rapport étroit et complexe avec le phénomène de prostitution, entre idéalisation de leur rôle et de leurs activités, et réalités historiques et sociales. Il est toutefois certain que l’octroi de faveurs sexuelles par la geisha à son client n’a jamais été entendu comme systématique ou allant de soi.

Les geishas et prostituées étaient historiquement cloisonnées dans les mêmes quartiers. Au sein du karyukai, « monde des fleurs et des saules », qui désigne le quartier des plaisirs, ces deux catégories bien particulières de femmes se rencontraient et parfois même se côtoyaient au sein d’une même maison de thé.

Au XIXe siècle il pouvait ainsi arriver qu’une maison de thé propose, en plus d’une mise à disposition de ses geishas pour un zashiki, les services nocturnes d’une prostituée, elle aussi rattachée à la maison.

En période de crises, il n’était pas rare de voir des geishas de moindre classe se prostituer. Cependant cela n’était pas dénué de conséquence, et bien souvent la geisha ne pouvait espérer par la suite retrouver une position honorable, après avoir cédé ouvertement à la prostitution.

  

Samurai

Le samouraï (, samurai?) (à ne pas confondre avec le bushi (武士?)) est un membre de la classe guerrière qui a dirigé le Japon féodal durant près de 700 ans.

La classe de guerriers professionnels du Japon, constituée d’archers montés sur des étalons, trouve son origine dans la volonté impériale de conquérir des terres des Aïnous à la fin de la période Nara.

Jusque-là, le Japon disposait d’une armée fondée sur la conscription, inspirée du modèle chinois. Les hommes âgés de vingt à trente ans étaient conscrits, répartis en autant de gunki (corps de mille soldats et officiers) qu’il y avait de provinces et attachés au service du kokushi (gouverneur de la province).

Ce système se révéla totalement inefficace pour lutter contre les « barbares » Aïnous, redoutables cavaliers. L’empereur décida en 792 de le dissoudre pour mettre en place un nouveau système appelé kondeisei. Le kondesei avait l’avantage de réduire le poids du service militaire chez les paysans (sur qui reposait l’économie) puisqu’il était constitué de jeunes cavaliers archers issus de milieux plus aisés. Cette milice, formée de 3 964 hommes, commença à tomber en désuétude au Xe siècle, mais on ne peut affirmer qu’elle soit à l’origine des premiers samouraïs, apparus à cette époque.

Mitsuo Kure, dans son livre Samouraïs (p. 7), cite plusieurs autres origines possibles pour les samouraïs :

  • les kugutsu, des nomades qui parcouraient le Japon en vivant de spectacles de marionnettes et d’acrobaties, eux aussi réputés grands cavaliers archers. Il est toutefois impossible de dire s’ils utilisaient des grands arcs ;
  • les contacts avec les Emishi, durant les combats contre eux, mais aussi au cours d’activités commerciales ou en les employant comme mercenaires pour protéger Kyūshū de tentatives d’invasion coréennes ou chinoises, ont pu inspirer à la cour impériale de Kyōto l’idée de créer une cavalerie, jusqu’ici totalement absente de l’histoire militaire du Japon.

Enfin, Mitsuo Kure énonce une dernière hypothèse selon laquelle les samouraïs seraient à l’origine des gardes du palais impérial au début du Xe siècle, se fondant sur les premiers documents mentionnant le mot samurai (ou plutôt saburai, « en service », qui se déforma plus tard en samurai). S’il rejette rapidement cette hypothèse, arguant que les meilleurs élevages de chevaux se trouvaient dans le Kantō et le Tōhoku et que les armures o-yoroi furent mises au point sur le champ de bataille et non dans la paix de la cour, cette hypothèse est en revanche la seule origine citée par Stephen Turnbull dans son Samurai Sourcebook, (p. 8).

Turnbull indique à leur sujet qu’ils passèrent rapidement du service impérial à celui des riches propriétaires terriens des provinces, qui devaient lutter contre les Emishi, les bandits et les propriétaires terriens rivaux. Il précise aussi que ces premiers clans de samouraïs étaient d’origine modeste, mais se plaçaient sous l’égide de descendants de lignées impériales mineures, partis chercher fortune dans les contrées sauvages. Les deux plus puissants clans de samouraïs de la fin de l’ère Heian, les clans Taira et Minamoto, découlent de cette tradition, descendant respectivement des empereurs Kammu et Seiwa.

Le bouddhisme zen a fortement influencé les samouraïs5. Voir par exemple le samouraï Suzuki Shōsan, devenu moine zen à 42 ans.
En 1913, le moine Kaiten Nukariya a écrit un ouvrage sur cette influence du zen : (en) The Religion of the Samurai A Study of Zen Philosophy and Discipline in China and Japan6.
Le shintoïsme a eu une certaine influence, ainsi que le confucianisme.

Le bushido (voie du guerrier) est un ensemble de principes que devait respecter le samouraï. Un ouvrage populaire, vu comme un guide du samouraï est le Hagakure. Il s’agit d’une compilation des pensées et enseignements de Jōchō Yamamoto, ancien samouraï vassal de Nabeshima Mitsushige.

  

Ninja

Ninja (忍者?) est un terme japonais moderne (XXe siècle), servant à désigner une certaine catégorie d’espions ou mercenaires, actifs jusqu’à la période d’Edo (XVIIe siècle), traditionnellement appelés shinobi (忍び?, littéralement « se faufiler »).

Les fonctions du ninja comprenaient l’espionnage, le sabotage, l’infiltration, l’assassinat et la guérilla. Leurs méthodes cachées de guerre non conventionnelles ont été jugées déshonorantes pour la caste de samouraï qui observe des règles strictes concernant l’honneur et le combat mais, pour autant, les samouraïs achetaient leur service contre leur rivaux. Le shinobi proprement dit, un groupe spécialement formé d’espions et de mercenaires, est apparu au XVe siècle pendant la période de Sengoku, mais des antécédents peuvent exister au XIVe siècle4 et peut-être au XIIe siècle (Heian ou début de l’ère Kamakura).

Dans les troubles de la période de Sengoku (XVe siècle-XVIIe siècle), louer les services de mercenaires et d’espions était devenu courant dans la province d’Iga et dans la zone adjacente autour du village de Kōga et c’est à partir des clans de ces régions que provient la majorité de notre connaissance du ninja. Après l’unification du Japon sous le shogunat Tokugawa (XVIIe siècle), le ninja s’est évanoui dans l’obscurité. Un certain nombre de manuels shinobi, souvent basés sur la philosophie militaire chinoise, ont été écrits aux XVIIe et XVIIIe siècles, notamment le Bansenshukai (1676).

Au moment de la restauration de Meiji (1868), la tradition du shinobi est devenue un sujet d’imagination et de mystère populaire au Japon. Le Ninja figurait en bonne place dans la légende et le folklore, où il était associé à des capacités légendaires telles que l’invisibilité, la marche sur l’eau et le contrôle des éléments naturels. En conséquence, leur perception de la culture populaire repose souvent davantage sur une légende et un folklore que sur les espions historiquement précis de la période de Sengoku.

Le ninja désigne aussi celui qui suit et achève la formation au ninjutsu (忍術?), une discipline extrêmement rigoureuse tournée vers la survie, appliquée lors des périodes guerrières du Japon médiéval, aux missions d’espionnage, de renseignement, d’infiltration et de sabotage.