Archives de catégorie : Sport

Tour de France 2018

Le Tour de France 2018 est la 105ᵉ édition du Tour de France cycliste.

40,2 km/h, c’est la vitesse moyenne àlaquelle le peloton de l’édition 2018 du Tour de France a roulé. Cette allure folle est moins rapide que celle de l’année précédente, de quelques dixièmes. Mais c’est toutefois la 11ème vitesse la plus rapide de l’histoire de la compétition.

En 1903, lors de la toute première édition de la grande Boucle, les coureurs roulaient à environ 25 km/h et il n’y avait que six étapes à réaliser. Les coureurs de la 105ème édition du Tour de France pédalent donc presque deux fois plus rapidement que leurs prédécesseurs

Le départ a lieu le 7 juillet 2018 à Noirmoutier-en-l’Île. Le 22 juin 2017, l’Union cycliste internationale annonce que le départ du tour 2018, prévu le 30 juin, est repoussé d’une semaine, au samedi 7 juillet.

Selon l’organisation, cette décision a été prise « pour réduire au maximum les perturbations induites par la Coupe du monde de football » surtout en fonction des horaires de retransmission des matches.

Présents dans le peloton des rescapés ou déjà rentrés chez eux, ils sont les dix personnages-clé du Tour de France 2018 :

Le chouchou

Julian Alaphilippe (FRA/Quick-Step), maillot à pois :

Deux étapes et le classement de la montagne: le bilan de l’Auvergnat est la copie conforme de celui de Warren Barguil même s’il présente des caractéristiques différentes, moins grimpeur et plus puncheur. Un point commun: la popularité.

Le frustré

Romain Bardet (FRA/AG2R La Mondiale), 6e :

Le Français, frustré, symbolise l’échec de l’opposition à l’équipe Sky dans ce Tour. Il a vécu un Tour à contre-temps, entre abandons de ses coéquipiers, crevaisons et quelques approximations tactiques. Mais il reste à très haut niveau.

La promesse

Egan Bernal (COL/Sky), 15e :

Le grand espoir colombien, recruté à l’intersaison par la plus riche équipe du monde, a crevé l’écran. A 21 ans, l’avenir semble grand ouvert pour celui qui présente un profil de pur grimpeur. Il lui reste à apprendre le rôle de leader.

Le challenger

Tom Dumoulin (NED/Sunweb), 2e :

Le vainqueur du Giro 2017 a le bon profil pour gagner le Tour. Tant le caractère, à la fois opiniâtre et optimiste, que le physique. Mais, une nouvelle fois, il s’est souvent retrouvé esseulé en montagne faute de lieutenants.

Le référent

Chris Froome (GBR/Sky), 3e :

Un podium, le sixième de sa carrière, à défaut de victoire. Le Britannique est bien le coureur-référent de sa génération, autour duquel s’articule la course. Mais, pour lui, ce Tour a surtout été une course d’obstacles.

Le missile

Fernando Gaviria (COL/Quick-Step), abandon :

Deux étapes en quatre jours. Le sprinteur colombien a fait des débuts flamboyants dans le Tour avant de s’effacer. Comme tant d’autres sprinteurs (Groenewegen, Kittel, Cavendish, Greipel), il a disparu dans les Alpes.

Le courageux

Vincenzo Nibali (ITA/Bahrein), abandon :

L’un des symboles de cette édition. Jeté à terre dans l’Alpe d’Huez par la faute d’un spectateur, au milieu des fumigènes, le Sicilien a terminé l’étape. Une leçon de courage à l’exemple de celle de Philippe Gilbert (60 km parcourus et deux cols franchis malgré une rotule cassée) ou de la lanterne rouge Lawson Craddock (omoplate fissurée).

L’inconnu

Primoz Roglic (SLO/Lotto NL), 4e :

Pour sa deuxième participation, l’ancien sauteur à skis s’est mêlé à la lutte pour le maillot jaune. A la façon de Rigoberto Uran, 2e en 2017 mais vite disparu cette fois. Jusqu’où ira le Slovène, au potentiel encore flou ?

L’homme vert

Peter Sagan (SVK/Bora), maillot vert :

Une chute à quatre jours de l’arrivée a menacé le 6e maillot vert (record d’Erik Zabel égalé) qui lui était promis. Pour la première fois, le champion du monde a terminé le Tour dans la souffrance.

Le triomphateur

Geraint Thomas (GBR/Sky), maillot jaune :

A 32 ans, le Gallois, promu leader de son équipe, touche enfin à la consécration. Ni faiblesse, ni chute, comme il en a tant connu par le passé, bien qu’il s’en défende. Dumoulin, son dauphin, s’est montré fair-play: « Il mérite sa victoire. »

     

  

Coupe du monde 1998

La Coupe du monde de football de 1998 est la seizième édition de la Coupe du monde de football et se déroule en France du 10 juin au 12 juillet 1998.

C’est la seconde fois que la France organise la coupe du monde après 1938. Il s’agit du premier Mondial à trente-deux équipes participantes.

L’équipe hôte entraînée par Aimé Jacquet et emmenée par Zinédine Zidane remporte le premier titre planétaire de son histoire en battant le Brésil en finale 3 buts à 0, le 12 juillet 1998 au Stade de France.

Un tournoi amical, le Tournoi de France, est disputé en 1997 en guise de préparation à l’organisation de la Coupe du monde. Le début de cette coupe du monde est endeuillé par la disparition de Fernand Sastre, coprésident (avec Michel Platini) du comité d’organisation de la compétition, qui meurt d’un cancer le matin du 13 juin 1998.

Le parcours de l’équipe de France, vers le titre à domicile n’est pas des plus aisés : Les Bleus, premiers de leur groupe du premier tour avec trois victoires, battent le Paraguay 1-0 en huitièmes de finale sur un but en or marqué en prolongations par Laurent Blanc, ils éliminent ensuite l’Italie aux tirs au but 4-3 au terme d’un match au score vierge, puis viennent à bout de la Croatie en demi-finale grâce au plus improbable des buteurs : le défenseur Lilian Thuram qui marque à deux reprises pour la seule fois de sa longue carrière internationale et envoie son équipe en finale (2-1).

Dans le match face aux tenants du titre brésiliens, arrivés en finale grâce à leur victoire aux tirs au but devant les Pays-Bas (1-1 après prolongations, 4-2), Zinédine Zidane marque deux buts de la tête sur corner en première-mi temps, puis Emmanuel Petit parachève le score en fin de match alors que la France joue à dix après l’expulsion de Marcel Desailly. Le soir, sur les Champs-Elysées, environ 1,5 million de personnes fêtent la victoire des Bleus.

france98.com

      

  

Artengo Tour : S’inscrire gratuitement à l’Artengo de Biarritz

L’ARTENGO TOUR 2018 vous connaissez ?

Quelle joueuse, quel joueur n’a jamais rêvé d’avoir un matériel sur mesure ? Un matériel qui s’adapte parfaitement à sa force de frappe, sa taille … son jeu !

Artengo innove et propose à travers un tout nouveau concept unique, inédit dans l’univers du tennis : l’Artengo Tour 2018 !

L’Artengo Tour 2018 est un tournoi homologué par la FFT, permettant à chaque participant de s’équiper de la tête aux pieds avec les dernières nouveautés de la marque grâce à un Kit Artengo Tour.

Ce Kit sur-mesure a pour objectif de jouer à armes égales, avec le matériel le mieux adapté à son style de jeu (une raquette préparée et personnalisée, des chaussures….).

L’Artengo Tour 2018, c’est un tournoi sans frais d’inscription, pour découvrir et tester les produits Artengo, dans des lieux d’exception, avec comme seul objectif se faire plaisir et partager un moment unique avec les équipes Artengo et Decathlon.

Un concept inédit et unique, mêlant jeux, performances et découvertes. Artengo Tour est né de l’envie de faire tester leurs produits à un maximum de monde, dans la continuité de leur travail.

Depuis plus de 10 ans, un travail a été fait sans relâche pour être au plus proche des joueuses et joueurs de tennis de France. Ainsi Artengo Tour ce ne sont pas de grands coups marketing, de sponsorings… c’est simplement l’idée de laisser parler nos produits.

Pas besoin d’argumentaires, de détails techniques ou technologies, c’est uniquement la balle qui vient frapper contre la raquette, la chaussure qui dérape sur le green set, les sensations d’un produit en main … Ce n’est rien d’autre que le produit, seul avec vous et vos sensations.

Tout au long des 8 étapes que constituent L’Artengo Tour 2018, nous préparerons le matériel le plus adapté au style de jeu de chaque participant, pour une expérience unique. Les participants disputeront alors le tournoi avec leur Kit et disposeront des conseils de nos équipes Artengo et Decathlon, au sein du village Artengo Tour installé pour l’occasion. Cet événement unique et gratuit pour tous est dédié à 100% à la communauté Tennis.

Déjà joué sur le circuit professionnel, le Kit Artengo Tour expert sera tant de différentes armes pour s’affronter sur le Artengo Tour. On n’attend plus que votre inscription pour préparer votre équipement !

Après le 1er tournoi à La Baule, le 2e tournoi se déroulera le Samedi 30 Juin au Club de Biarritz Olympique.

Inscription

 

Moto GP 2018

Moto GP 18 est l’édition 2018 du jeu officiel du championnat de Moto GP.

Les amateurs de deux roues ont eu de quoi faire chauffer la gomme avec TT Isle of Man en mars. Mais il faut reconnaître que sur une licence officielle comme le Moto GP, il n’existe aucune concurrence directe, comme on peut le vivre entre un FIFA et un PES, ou entre Forza et Gran Turismo par exemple. C’est à la fois une bonne chose, pour que le développement se déroule sereinement et une mauvaise chose, puisque personne ne viendra essayer de faire mieux sur le même terrain pour booster la concurrence.

La date de sortie de Moto GP 18 est le 07 Juin 2018 sur PS4, 07 Juin 2018 sur Xbox One, 07 Juin 2018 sur Switch, 07 Juin 2018 sur PC.

Moto GP 17 avait lancé une grande innovation dans le monde de l’eSport. Même si on en a moins parlé une fois l’effet d’annonce passé, c’est tout de même le promoteur des véritables Grands Prix qui s’occupe d’organiser le championnat eSport. Un menu spécifique lui est d’ailleurs dédié. L’année dernière, c’était une voiture d’une valeur de 35 000€ qui était en jeu ainsi qu’une moto de marque KTM.

Les marques sont toutes présentes pour proposer le plateau des épreuves Moto GP, Moto2, Moto3 et Rookies Cup. Cette dernière étant particulièrement soutenue par KTM, puisque toutes les machines sont identiques et fournies par la marque autrichienne. Il s’agit de KTM 250cc quatre temps, qui répondaient également aux spécifications Moto3. L’originalité de cette formule, c’est qu’elle regroupe des adolescents qui débutent en course moto, mais qui feront les futures stars du Moto GP.

On retrouve donc les 25 pilotes de la Rookies Cup ainsi, que tous les autres et leurs performances dans le jeu sont à la hauteur de leurs résultats dans la réalité.

En tout, ce sont 110 pilotes qui font partie de l’aventure, des plus prestigieux (Rossi, Marquez, Pedrosa…), à ceux qui sont en fin de tableau.

Au milieu de tout cela, vous, qui commencez au bas de l’échelle en mode carrière. Toutes les licences officielles et le contenu réel contribuent à vous immerger dans les courses, jusqu’aux commentaires d’introductions par Remy Tissier.

Cette coupe des débutants a tout pour plaire. Elle permet de régler le niveau de difficulté et d’aide en fonction de l’expérience du joueur. Les principaux paramètres sont réglables et des bonus de réputation sont octroyés en désactivant les diverses aides ; pas de « rollback », perte d’adhérence en sortant du circuit, règles officielles, démarrage manuel… . Les motos ne vont pas trop vite et c’est idéal pour prendre la mesure des circuits (les 19 circuits courus dans la réalité) et appréhender le comportement des bolides.

Même en utilisant le freinage combiné automatique, qui actionne de concert les freins avant arrière, on peut parfaitement ressentir les moments ou l’arrière décroche sur un gros freinage et les moments ou l’avant se dérobe en rentrant trop vite dans une courbe.

Même constat pour la ré-accélération qui doit être progressive et couplée au moment ou la moto est redressée en sortie de virage, sous peine de se faire éjecter façon ruade.

Une fois ces éléments assimilés, la conduite devient un véritable plaisir, même en conditions difficiles sous la pluie. La piste n’est malheureusement pas évolutive comme peut l’être celle de Project Cars 2.

L’IA se comporte de façon satisfaisante avec des freinages un poil trop anticipés qui permettent d’attaquer régulièrement l’intérieur. Mais c’est souvent au détriment de l’apex qu’on rate de peu et qui permet une relance plus forte de l’adversaire. On se fait alors reprendre dans la ligne droite suivante. Les joutes sont serrées, musclées, mais correctes.

Cela ne vaudra évidement jamais les confrontations en ligne, mais c’est déjà bien suffisant en solo avec un niveau de difficulté bien calibré (et modulable) d’entrée de jeu. Concernant les courses en ligne, tout fonctionne correctement avec un maximum de 12 participants.

Mais attention, il faudra bien profiter de weekends de course complets pour apprendre tous les tracés et même les réapprendre en changeant de catégorie. Le comportement varie réellement la manière d’aborder les virages et les erreurs se paient immédiatement.

De plus, même si une option d’aide aux réglages très bien conçue est présente, il faudra savoir adapter sa conduite à l’usure des pneus et notamment régler en temps réel l’aide en freinage et à l’anti-patinage. Le modèle s’apparente ici, à ce que bon nombre ont pu découvrir dans Gran Turismo Sport. On sent très clairement l’attitude de la moto changer avec la dégradation des gommes.

Malgré ses très grandes qualités, Moto GP 18 pèche sans doute par manque de compétition. Quelques symptômes témoignent en effet soit d’un manque de temps par rapport au calendrier imposé, soit tout simplement de la flemme la plus élémentaire. A l’image des abords de circuits qui sont tristement figés. En dehors de quelques vacillations de public, tout cela est bien mort. A tel point que les affiches de pubs sont purement et simplement traversées façon fantôme. Un sacré coup de griffe à l’immersion.

Dommage, car des efforts ont été consentis sur la mise en scène de la carrière, avec un pilote qui s’installe dans les paddocks, discute avec ses mécanos et fête dignement une victoire ou un podium avec l’équipe. Mais les choix de développement de la moto sont d’un classicisme éhonté, la gestion des sponsors absente et il n’y a absolument aucune relation inter-pilotes. Tout au plus un fil d’infos donne-t-il quelques résultats pour faire croire à un réseau social animé.

Faut-il acheter MotoGP 18 si on possède déjà l’édition 2017 ?

Moto GP 2018 n’est qu’une mise à jour avec quelques retouches de son édition précédente. Mais le boulot est bien fait sur les points importants de la copie à rendre ; les sensations de conduite, le réalisme ajustable à tous les niveaux et un contenu exhaustif en ce qui concerne le Moto GP réel et sa transposition virtuelle. Ceci aussi bien au niveau des circuits que des machines et des pilotes. Certes, on peut regretter l’absence de concurrence qui a sans doute confiné un peu à la paresse Milestone. Il y a encore une belle marge de progression. Mais si on aime le Moto GP, on ne sera pas déçu par ce jeu qui lui rend correctement les honneurs.

Si vous appréciez et suivez la saison évidement que oui, car vous allez rouler autant que vos idoles et vous faire plaisir avec l’eSport. Si vous n’avez pas de simulation moto sur votre console, vous ne serez pas non plus déçus. Si c’est juste un bon jeu de moto que vous cherchez, votre investissement passé suffira sans doute.

  

  

Johanne Defay remporte une manche du circuit mondial de surf

Johanne Defay a remporté son premier succès de la saison sur le circuit mondial de surf.

La Réunionnaise d’origine ponote s’est imposée à Bali (Uluwatu), en Indonésie. Il s’agissait du 5e tournoi de la saison. Il en reste encore autant.

Pour l’instant, la jeune femme de 24 ans se classe 5e mondiale pour sa 4e saison parmi l’élite du surf féminin.

En 2015 et 2016, elle avait remporté un tournoi par saison.

Pantin Classic Pro

Johanne Defay est une surfeuse professionnelle française née le 19 novembre 1993 au Puy-en-Velay et licenciée depuis 2001 à La Réunion.

Elle pratique son sport depuis l’âge de huit ans à l’île de La Réunion. Elle participe très vite à ses premières compétitions et est sacrée championne d’Europe junior en 2009, 2011 et 2013. Cette même année, elle décroche également le titre de championne d’Europe et parvient à se qualifier pour le Championship Tour, élite mondiale du surf.

Elle se classe 8ᵉ et est sacrée Rookie of the year, titre qui récompense la meilleure surfeuse au classement général lors de sa première saison dans l’élite.

johannedefay.com/v2/

 

Surf : le Biarritz Belza Classic lancé, pas le Longboard Pro

Biarritz accueille jusqu’à ce dimanche les pros du longboard en lice pour le titre européen et une qualification aux Mondiaux.

Il faudra attendre ce vendredi 8 juin pour voir s’affronter sur les vagues de la Côte des Basques les concurrents du Longboard Pro Biarritz.

En parallèle, des animations musicales et festives auront lieu sur le village de la compétition, avec Dj Bass-Ka (funk, hip-Hop et groove), Odd Lights (punk-rock), Sunset Stereo Sound System (Vibrations jamaïcaines et caribéennes).

Samedi également, jusqu’à 2 heures, le collectif Standart allumera ensuite le toit du Bar de la côte pour une soirée gratuite avec la possibilité de faire un don au bénéfice des associations locales Water Family et Keep A Breast.