Archives de catégorie : Médiathèque

Jeuxvideo.com

Jeuxvideo.com est un site web français spécialisé dans le jeu vidéo depuis 1997.

Il est construit comme un outil d’information à destination des joueurs par une équipe de rédacteurs et propose notamment des actualités, des dossiers, des tests de jeux vidéo ou des présentations par vidéo.

Les rédacteurs se déplacent sur les grands événements mondiaux, comme l’E3, le Tokyo Game Show, la Gamescom, la Paris Games Week ou l’IDEF afin de rencontrer les équipes de développement et suivre les jeux tout au long de leur cycle de vie, du développement jusqu’à la commercialisation :

jeuxvideo.com

Python pour les kids dés 10 ans

Editeur : Eyrolles; Édition
Collection : Pour les kids
ISBN-10 : 2212140886
ISBN-13 : 978-2212140880

Alors que les cours de programmation informatique viennent tout juste d’entrer, en option, au Lycée, nombreux sont les parents qui cherchent dès aujourd’hui à apprendre à leurs enfants à programmer dès le collège.

Le livre « Python for Kids » édité par No Starch Press que nous proposons de traduire est une référence en la matière en langue anglaise. Avec une note moyenne Amazon.com de 4,7/5 pour 65 commentaires associés, cet ouvrage saura plaire à la fois aux parents et aux enfants en proposant de leur apprendre à programmer en Python.

Pourquoi Python ?

Car il s’agit d’un langage de programmation connu et reconnu pour la facilité de lecture de son code source et qu’il permet en un clic d’afficher à l’écran le résultat de son programme.

L’auteur Jason R. Briggs tire de plus parti du Python pour développer des programmes amusants pour les enfants qui mettent en scène des monstres ou des agents secrets.

Le code est coloré, disséqué et expliqué, le tout grâce à de nombreuses illustrations.

A noter que chaque fin de chapitre contient un exercice conçu pour valider ses acquis.

A la fin du livre, les enfants auront programmé deux jeux complets : un clone du populaire Pong et un jeu où il faut sauter de plate-forme en plate-forme.

Les guignols de l’info

Les Guignols est une émission de télévision satirique française de marionnettes, diffusée entre le 29 août 1988 et le 22 juin 2018 sur Canal+.

Parodie de journal télévisé, l’émission est une caricature du monde politique, des médias, des personnalités ou plus généralement de la société française et du monde actuel.

Après près de trente ans à l’antenne de la chaîne cryptée, Canal+ avait acté la fin définitive de l’émission, lors d’un comité d’entreprise le 1er juin.

L’émission était en sursis depuis la prise de contrôle en 2015 de Canal+ et sa maison mère Vivendi par l’homme d’affaires Vincent Bolloré, à qui le ton impertinent des Guignols déplaisait.

Ce dernier avait reproché à la chaîne un abus « de dérision » et une tendance à se « moquer des autres ».

Les Guignols n’avaient dû leur survie qu’à une levée de boucliers de responsables politiques qui les avaient défendus au nom du droit à la caricature. »

La méthode est extraordinaire », avait dénoncé il y a quelques jours sur la webtélé Le Média Bruno Gaccio, ancien auteur phare du programme, estimant que la chaîne et son actionnaire (Bolloré) avaient volontairement « désorganisé » l’émission pour mieux la faire dépérir.

« On a commencé par virer les trois auteurs, on en a pris d’autres qui, eut égard à l’espèce de confrérie qu’il y a entre les auteurs, étaient absolument nullissimes, ils ont viré la prod (…), et aujourd’hui dans une indifférence complète, on vient dire ‘cette émission ne marche pas et elle coûte très cher, donc on est obligés de l’arrêter' ». Une autre émission phare de Canal+, le magazine de reportages « L’effet papillon », s’apprête à faire ses adieux aux téléspectateurs ce dimanche, la chaîne ayant décidé de ne pas la reconduire après 12 saisons. Selon le magazine Télé Star, sa présentatrice Daphné Roulier animera à la rentrée un nouveau magazine culturel sur la chaîne cryptée.

mycanal.fr

   

Journée nationale du sauvetage en mer

Toutes les stations de sauvetage en mer du littoral français seront sur le pont samedi 23 juin, pour la première journée nationale qui leur est dédiée.

La SNSM a fêté son demi-siècle d’existence en 2017 et ça a été un moment important au niveau médiatique. L’idée était de poursuivre sur cette lancée, de façon à ce que l’on continue à parler d’eux, pour les faire mieux connaître auprès du grand public. Il a donc été décidé au niveau national, que le 23 juin, toutes les stations du littoral français pourront faire une action liée à un événement labellisé Mille SNSM. La date n’a pas été choisie au hasard. Il y a ce jour-là plusieurs manifestations emblématiques sur le territoire.

Le 23 juin à midi, sont conviés les plaisanciers, les professionnels de la mer, ainsi que les institutionnels, à sortir en mer pour exprimer leur solidarité envers les bénévoles de la SNSM. La gendarmerie maritime comme les affaires maritimes ont déjà répondu présent à notre invitation. L’objectif est qu’il y ait un maximum de bateaux à passer devant la vedette de Pornichet, qui sera accompagnée du gros semi-rigide du Pôle de formation de Saint-Nazaire. Il est bien évident que tous nos moyens seront mis en action ce jour-là, à la fois dans la baie pour marquer l’événement, et sur le départ de la Pen Bron-Arzal. Ce ne sera pas forcément facile à gérer, mais s’il y a du monde, ce sera une belle marque de reconnaissance.

snsm.org

      

Opération Fortitude

Pendant la Seconde Guerre mondiale, l’opération Fortitude (Courage en anglais) est le nom de code collectif pour des opérations de désinformation et de diversion menées par les Alliés dans le but de cacher aux Allemands que le lieu du débarquement serait la Normandie, en leur faisant croire qu’il serait effectué ailleurs (Norvège ou Pas de Calais). Une fois celui-ci lancé, de leur faire croire que ce n’est qu’un débarquement de diversion, afin de retarder l’arrivée de leurs renforts.

Fortitude est la pièce maîtresse d’un ensemble plus large d’opérations de dissimulation appelé opération Bodyguard qui visent à cacher aux Allemands l’ensemble des projets de débarquement alliés en Europe, dont ceux de Méditerranée.

Ces opérations sont planifiées et dirigées par le colonel John Henry Bevan de la London Controlling Section, située à Londres et conduite par l’état-major suprême allié (Supreme Headquarters Allied Expeditionary Force ou SHAEF).

À partir de début 1944, l’imminence d’un débarquement dans le nord-ouest de l’Europe ne peut plus être cachée, à la vue de la concentration de troupes qui a commencé fin 1943. L’idée est, dans un premier temps, de cacher son lieu réel, en Normandie, en confortant un certain nombre d’hypothèses émises par le haut commandement allemand :
au nord : en faisant croire à l’hypothèse d’un débarquement en Norvège, hypothèse soutenue par Adolf Hitler et son entourage immédiat (Fortitude Nord) ;
au sud : en faisant croire qu’il aurait effectivement lieu là où il paraissait le plus vraisemblable, c’est-à-dire le Pas-de-Calais (Fortitude Sud), qui offre la distance maritime la plus courte, réduit la longueur des flux logistiques et permet de frapper au plus vite au cœur de l’Allemagne via la côte de la mer du Nord.

Dans un deuxième temps, il s’agit de faire croire le plus longtemps possible aux Allemands que le débarquement, une fois commencé, n’est qu’une diversion ou un débarquement secondaire. L’objectif est de retenir les forces allemandes dans le Nord de la France et sur les autres points du mur de l’Atlantique et, ainsi, de permettre aux Alliés de consolider leur tête de pont jusqu’à atteindre la parité, puis la supériorité numérique.

Les Alliés peuvent juger facilement l’efficacité de ces stratagèmes. Comme Ultra avait révélé le codage de la machine Enigma assez tôt, les Alliés peuvent déchiffrer quasiment en temps réel les réponses du haut commandement allemand à leurs actions.

Il est à peu près certain que les Allemands ont cru au débarquement dans le Pas-de-Calais jusqu’au redéploiement de la XVe armée allemande face aux Alliés en août 1944 et qu’ils n’abandonnent définitivement l’hypothèse qu’en septembre. Entre-temps, Hitler a pris personnellement la direction stratégique des opérations dès le complot du 20 juillet 1944 à Rastenbourg.

En tout état de cause, l’opération est décisive pour le succès du plan allié, car elle force les Allemands à garder une masse de troupes concentrées dans le Pas-de-Calais en réserve, en attente d’une attaque jugée par eux probable. Elle permet ainsi aux Alliés de maintenir, puis de consolider, leurs positions en Normandie. Elle ne permet toutefois pas une offensive décisive des Britanniques le long de la côte vers l’est comme le prévoyait le plan initial de l’opération Overlord et comme l’espérait Montgomery. Elle oblige les Américains à prendre l’initiative en direction du sud de la tête de pont, par l’opération Cobra en direction d’Avranches puis du Mans, avant de reprendre le chemin de l’Allemagne.

     

  

Histoire de l’aviation

Editeur : Flammarion
Collection : BEAUX LIVRES AR
ISBN-10 : 2081280108
ISBN-13 : 978-2081280106

L’épopée de l’aviation : des premiers ballons aux avions furtifs. 600 pages d’exploits, de passion et de prouesses technologiques. De Blériot à Mermoz, en passant par Lindbergh, Gagarine ou Armstrong, Bernard Marck célèbre ces héros du ciel qui, à bord de leurs machines volantes, ont repoussé les frontières. Aviation civile, aviation militaire, conquête de l’espace, dans chaque domaine l’auteur donne les caractéristiques techniques détaillées et précises des appareils présentés.

Fête de la musique 2018

La Fête de la musique a lieu à travers le monde le 21 juin, principalement le soir et la nuit jusqu’au lendemain matin.

Elle est actuellement célébrée dans une centaine de pays.

Divers festivals de musique locaux qui se déroulaient ce jour de solstice participent aujourd’hui à cette fête populaire.

Elle est parfois connue aussi sous le nom World Music Day (Journée mondiale de la Musique) bien que le nom français soit aussi souvent utilisé dans certains pays anglophones (en même temps que Make Music !, traduction littérale de « Faites de la musique ! ») ou germanophones, ou bien sous des noms traduits littéralement comme Fiesta de la música (espagnol), Festa della Musica (italien), Święto Muzyki (polonais), Praznik Muzike (bosnien) ou encore Dünya Müzik Günü (turc), avec des logos similaires graphiquement à ceux utilisés en France pour les festivités affiliées au programme français.

fetedelamusique.culture.gouv.fr

      

Exposition Jurassic World

Si vous adorez l’univers de Jurassic Parc, vous allez adorer l’exposition baptisée Jurassic World qui se déroule à Paris à la Cité du Cinéma Saint Denis où les précédentes expositions sur Harry Potter en 2015 ou encore Star Wars en 2014 avaient eu lieu.

Le lancement de cette exposition s’est déroulé à Melbourne, en Australie, en mai 2016, puis elle a pris la direction de Philadelphie aux États-Unis avant d’arriver à Paris.

on peut approcher de près les dinosaures ou plutôt les animatroniques que l’on a pu découvrir dans le film Jurassic World. Au programme, rencontre avec des T-Rex, des Vélociraptors, des Brachiosaures ou encore avec le terrible Indominus Rex. Pour vous plonger dans l’ambiance, vous aurez l’occasion de visiter virtuellement Jurassic World et les lieux que l’on a pu découvrir sur le grand écran comme le laboratoire où a été créé l’Indominus Rex, le parc des bébés dinosaures. Au rendez-vous, un contenu riche et interactif pour les petits comme pour les grands.

Découvrez Isla Nublar en classe VIP et explorez Jurassic World. Écarquillez vos yeux devant l’imposant Brachiosaure ; discutez nez à nez avec un Vélociraptor et approchez- vous du plus mauvais de tous, le terrible Tyrannosaure rex.

Cette exposition a été conçue en collaboration avec Jack Horner un paléontologue de renom et sera présente à partir du 14 avril jusqu’au 2 septembre 2018 à Paris, à la Cité du Cinéma.

Le tarif est de 19,90 euros et pour les enfants de moins de 11 ans 15,90 euros. Un pass famille est aussi disponible (2 adultes + 2 enfants) au prix de 64,90 euros. Il est possible de prendre ses places en ligne directement sur le site de l’exposition.

jurassicworldexposition.fr

      

  

La voix de Stephen Hawking envoyée vers un trou noir

Une musique contenant la voix synthétique de l’astrophysicien Stephen Hawking, décédé le 14 mars à l’âge de 76 ans, a été envoyée dans l’espace à l’occasion de son inhumation à Londres en l’abbaye de Westminster.

Les cendres du chercheur, reconnu par ses pairs pour ses travaux sur les trous noirs et sur l’origine de l’univers, ont été enterrées près des tombes d’Isaac Newton et de Charles Darwin.

Des membres de sa famille, ainsi que ses amis et ses collègues, ont assister à la cérémonie.

L’enregistrement réalisé par le compositeur de musique électronique grec Vangelis (connu entre autres pour ses BO de Blade Runner et des Charriots de feu) devait être émis vers le trou noir 1A 0620-00, le plus proche de la Terre, par une antenne de l’Agence spatiale européenne (ESA) située en Espagne.

Une copie CD sera distribuée aux personnes qui assistent à la cérémonie. «C’est un beau geste, symbolique, qui crée un lien entre la présence de notre père sur cette planète, son vœu d’aller dans l’espace et ses travaux d’exploration de l’univers», a dit sa fille, Lucy Hawking. «C’est un message de paix et d’espoir, sur l’unité et notre besoin de vivre ensemble en harmonie sur cette planète.»

L’astronaute britannique Tim Peake, le professeur d’astronomie Martin Rees -membre de la Royal Society, la plus prestigieuse institution scientifique de Grande-Bretagne et l’acteur Benedict Cumberbatch, qui avait incarné le scientifique dans un téléfilm, ont pris notamment la parole au cours de la cérémonie.

Cloué dans un fauteuil roulant, il avait déjoué les pronostics des médecins qui ne lui donnaient que quelques années à vivre après lui avoir diagnostiqué, à 21 ans seulement, la maladie de Charcot. Il était devenu une icône après la publication, en 1988, d’un ouvrage de vulgarisation, «Une brève histoire du temps», qui raconte l’histoire des débuts de l’univers, dans les instants qui ont suivi le Big Bang.

Son génie scientifique et son sens de l’humour avaient fait de lui une figure populaire, bien au-delà des cercles de la physique. Sa mort avait suscité une pluie d’hommages rarement égalée pour un scientifique, de la reine Elizabeth II à la Nasa en passant par l’ancien président américain Barack Obama.