Archives de catégorie : Histoire & Géographie

14 juillet 2018

Le 14 Juillet est la fête nationale de la République française.

Elle a été instituée par la loi du 6 juillet 1880 qui établit un jour de fête nationale annuelle, qui ne précise pas si elle commémore la Fête de la Fédération de 1790, symbole de l’union de la Nation, et/ou l’évènement de la prise de la Bastille du 14 juillet 1789, symbole de la fin de la monarchie absolue puisqu’elle dispose : « La République adopte le 14 Juillet comme jour de fête nationale annuelle » (article unique).

Le site Internet du gouvernement de la République française affirme à la fois : « Si le 14 juillet est généralement associé à la prise de la Bastille en 1789, c’est dans les faits le 14 juillet 1790, la fête de la Fédération, qui est officiellement commémoré en France » et « Dans les faits, de la IIIe République à nos jours, les maires des communes de France et les Français commémorent les deux 14 juillet ».

C’est un jour férié en France.

     

Opération Fortitude

Pendant la Seconde Guerre mondiale, l’opération Fortitude (Courage en anglais) est le nom de code collectif pour des opérations de désinformation et de diversion menées par les Alliés dans le but de cacher aux Allemands que le lieu du débarquement serait la Normandie, en leur faisant croire qu’il serait effectué ailleurs (Norvège ou Pas de Calais). Une fois celui-ci lancé, de leur faire croire que ce n’est qu’un débarquement de diversion, afin de retarder l’arrivée de leurs renforts.

Fortitude est la pièce maîtresse d’un ensemble plus large d’opérations de dissimulation appelé opération Bodyguard qui visent à cacher aux Allemands l’ensemble des projets de débarquement alliés en Europe, dont ceux de Méditerranée.

Ces opérations sont planifiées et dirigées par le colonel John Henry Bevan de la London Controlling Section, située à Londres et conduite par l’état-major suprême allié (Supreme Headquarters Allied Expeditionary Force ou SHAEF).

À partir de début 1944, l’imminence d’un débarquement dans le nord-ouest de l’Europe ne peut plus être cachée, à la vue de la concentration de troupes qui a commencé fin 1943. L’idée est, dans un premier temps, de cacher son lieu réel, en Normandie, en confortant un certain nombre d’hypothèses émises par le haut commandement allemand :
au nord : en faisant croire à l’hypothèse d’un débarquement en Norvège, hypothèse soutenue par Adolf Hitler et son entourage immédiat (Fortitude Nord) ;
au sud : en faisant croire qu’il aurait effectivement lieu là où il paraissait le plus vraisemblable, c’est-à-dire le Pas-de-Calais (Fortitude Sud), qui offre la distance maritime la plus courte, réduit la longueur des flux logistiques et permet de frapper au plus vite au cœur de l’Allemagne via la côte de la mer du Nord.

Dans un deuxième temps, il s’agit de faire croire le plus longtemps possible aux Allemands que le débarquement, une fois commencé, n’est qu’une diversion ou un débarquement secondaire. L’objectif est de retenir les forces allemandes dans le Nord de la France et sur les autres points du mur de l’Atlantique et, ainsi, de permettre aux Alliés de consolider leur tête de pont jusqu’à atteindre la parité, puis la supériorité numérique.

Les Alliés peuvent juger facilement l’efficacité de ces stratagèmes. Comme Ultra avait révélé le codage de la machine Enigma assez tôt, les Alliés peuvent déchiffrer quasiment en temps réel les réponses du haut commandement allemand à leurs actions.

Il est à peu près certain que les Allemands ont cru au débarquement dans le Pas-de-Calais jusqu’au redéploiement de la XVe armée allemande face aux Alliés en août 1944 et qu’ils n’abandonnent définitivement l’hypothèse qu’en septembre. Entre-temps, Hitler a pris personnellement la direction stratégique des opérations dès le complot du 20 juillet 1944 à Rastenbourg.

En tout état de cause, l’opération est décisive pour le succès du plan allié, car elle force les Allemands à garder une masse de troupes concentrées dans le Pas-de-Calais en réserve, en attente d’une attaque jugée par eux probable. Elle permet ainsi aux Alliés de maintenir, puis de consolider, leurs positions en Normandie. Elle ne permet toutefois pas une offensive décisive des Britanniques le long de la côte vers l’est comme le prévoyait le plan initial de l’opération Overlord et comme l’espérait Montgomery. Elle oblige les Américains à prendre l’initiative en direction du sud de la tête de pont, par l’opération Cobra en direction d’Avranches puis du Mans, avant de reprendre le chemin de l’Allemagne.

     

  

Le Chant des partisans

Le Chant des partisans ou Chant de la libération est l’hymne de la Résistance française durant l’occupation par l’Allemagne nazie, pendant la Seconde Guerre mondiale.

La musique, initialement composée en 1941 sur un texte russe, est due à la Française Anna Marly, ancienne émigrée russe qui en 1940 avait quitté la France pour Londres.

Les paroles originales en français ont ensuite été écrites en 1943 par Joseph Kessel, également d’origine russea, et son neveu Maurice Druon qui venaient tous deux de rejoindre les Forces françaises libres.

8 mai

08 et 09 mai 1945

L’amiral Dönitz, désigné par Hitler comme son successeur, ainsi que son état-major, ont compris que toute résistance est vaine.

Dönitz consacre son énergie à ce que les troupes allemandes se rendent aux Alliés occidentaux et non aux Soviétiques, avant tout pour que les prisonniers allemands soient traités selon les conventions internationales, et non massacrés ou déportés en Sibérie.

Aussi souhaite-t-il des capitulations partielles à l’ouest et la poursuite des combats à l’est afin de soustraire à l’emprise de l’Armée rouge autant de troupes que possible et de rapatrier le maximum de population.

C’est dans cette intention que Dönitz envoie une première fois, à Reims, au PC avancé du SHAEF d’Eisenhower, l’amiral Hans-Georg von Friedeburg pour tenter de convaincre les Occidentaux de conclure une capitulation séparée. Le général américain l’éconduit, tout en prévenant Staline des tentatives allemandes. Le Royaume-Uni, les États-Unis et l’Union soviétique se sont en effet mis d’accord sur une capitulation totale et inconditionnelle du gouvernement allemand et de l’OKW sur tous les fronts, n’acceptant que des redditions ponctuelles dans le cadre des engagements (unités déposant les armes et se constituant prisonnières) et non dans le cadre d’un traité. Dönitz réitère ses avances le 6 mai en désignant alors le général Jodl, son chef d’état-major, mais ce dernier essuie le même refus. L’intransigence d’Eisenhower est en effet implacable depuis le 12 avril 1945, date à laquelle il découvre horrifié les charniers d’Ohrdruf, annexe du camp de concentration de Buchenwald qui vient d’être libéré.

C’est donc le , à h 41, que la reddition de l’armée allemande est signée à Reims dans une salle du Collège technique et moderne (actuel lycée Roosevelt) abritant le Supreme Headquarters Allied Expeditionary Force, par le maréchal allemand Alfred Jodl, en présence des généraux américains Walter B. Smith et Eisenhower, du général français François Sevez et du général soviétique Sousloparov, les combats devant cesser le à 23 h 1. L’acte signé est purement militaire.

Ceci provoque la fureur de Staline qui veut que la capitulation de l’Allemagne soit signée dans sa capitale, à Berlin, où les soldats de l’Armée rouge règnent en maîtres. Les journalistes occidentaux répandent rapidement la nouvelle de la capitulation, précipitant ainsi les célébrations. Les combats continuent cependant sur le front de l’Est.

L’exigence de Staline est honorée et une nouvelle signature a lieu le , dans la nuit du au à h 16 heure russe (23 h 16 heure de l’Ouest), dans une villa de Karlshorst, quartier général du maréchal Georgi Joukov dans la banlieue Est de Berlin (aujourd’hui le musée germano-russe Berlin-Karlshorst). Les représentants de l’URSS, de la Grande-Bretagne, de la France et des États-Unis arrivent peu avant minuit. Après que le maréchal Georgi Joukov eut ouvert la cérémonie, les représentants du Haut commandement allemand, dont le maréchal Wilhelm Keitel, sont invités à signer l’acte de capitulation entrant en vigueur à 23 h 1, heure locale (heure d’Europe centrale), soit le à h 1, heure de Moscou. C’est l’amiral Hans-Georg von Friedeburg et le maréchal Keitel qui signèrent l’acte de capitulation.

La reddition a donc lieu le 9 mai 1945 pour les Soviétiques et les pays est-européens alliés. De ce fait les Soviétiques, puis les Russes et leurs alliés est-européens, commémorent cette capitulation le 9 mai, sous le nom de Jour de la Victoire.

Il faudra cependant attendre la capitulation officielle du Japon le (« V-J Day », pour « Victory over Japan Day », annoncé le ), lorsque le ministre des Affaires étrangères Mamoru Shigemitsu signe les articles de la reddition des forces japonaises sur le pont de l’USS Missouri dans la baie de Tokyo, pour que la Seconde Guerre mondiale prenne fin.

     

Mai 68

Les événements de mai-juin 1968, ou plus brièvement Mai 68, désignent une période durant laquelle se déroulent, en France, des manifestations étudiantes, ainsi que des grèves générales et sauvages.

Ces événements, enclenchés par une révolte de la jeunesse étudiante parisienne, puis gagnant le monde ouvrier et la plupart des catégories de population sur l’ensemble du territoire, constituent le plus important mouvement social de l’histoire de France du XXe siècle.

Il est caractérisé par une vaste révolte spontanée antiautoritaire (« ici et maintenant »), de nature à la fois culturelle, sociale et politique, dirigée contre le capitalisme, le consumérisme, l’impérialisme américain et, plus immédiatement, contre le pouvoir gaulliste en place.

Les événements de mai-juin provoquent la mort d’au moins sept personnes et des centaines de blessés graves dans les affrontements, aussi bien du côté des manifestants que des forces de l’ordre.

Avec le recul des années, les événements de mai-juin 1968 apparaissent comme une rupture fondamentale dans l’histoire de la société française, matérialisant une remise en cause des institutions traditionnelles.

     

  

Révolution française 1789

La Révolution française est une période de l’histoire de France comprise entre l’ouverture des États généraux, le , et le coup d’État du 18 brumaire de Napoléon Bonaparte, le . Il s’agit d’un moment crucial puisqu’il débouchera, un peu plus de trois ans après la prise de la Bastille, sur la fin de l’Ancien Régime le 10 août 1792.

La Révolution française s’est déroulée en deux temps, par deux révolutions successives, qui ont transformé d’abord le Royaume de France en une monarchie constitutionnelle, puis en Première République, mettant fin à une société d’ordres et aux anciens privilèges.

La Révolution française a légué de toutes nouvelles formes politiques, notamment au travers de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 qui proclame l’égalité des citoyens devant la loi, les libertés fondamentales, et la souveraineté de la Nation, apte à se gouverner au travers de représentants élus.

Plusieurs centaines de milliers de personnes trouvèrent la mort durant cette révolution, notamment sous la Terreur, ainsi que pendant les tentatives de contre-révolution, principalement la guerre de Vendée.

Dès son commencement, la portée universelle des idées de la Révolution française a été proclamée par ses partisans, et l’ampleur de ses conséquences soulignée par ses détracteurs. Les guerres de la Révolution française, qui ont touché une large partie de l’Europe continentale, ont abouti à la création de « républiques sœurs » et à la transformation des frontières et des États d’Europe, contribuant à la diffusion des idées révolutionnaires. Ces conflits ont ensuite trouvé leur prolongement dans les guerres napoléoniennes.

La Révolution est restée un objet de débats ainsi qu’une référence positive tout autant que négative tout au long des deux siècles qui l’ont suivie, en France comme dans le monde. Elle a créé des divisions immédiates et durables entre les partisans des idées révolutionnaires et les défenseurs de l’ordre ancien, ainsi qu’entre les anticléricaux et l’Église catholique.

La fin de la Révolution française est généralement située au coup d’État du 18 brumaire (du 8 au 10 novembre 1799), lorsque Napoléon Bonaparte accède au pouvoir et inaugure la période du Consulat qui aboutit, cinq ans plus tard, à l’avènement de l’Empire. Elle marque le début d’une période de grande instabilité institutionnelle en France au cours de laquelle se succèdent trois monarchies constitutionnelles, deux éphémères républiques et deux empires, jusqu’à l’avènement définitif de la République au cours des années 1870.

  

Fête nationale française du 14 juillet

Le 14 Juillet est la fête nationale de la Rêpublique française.

C’est un jour férié en France.

Elle a été instituée par la loi du 6 juillet 1880 qui établit un jour de fête nationale annuelle, qui ne précise pas si elle commémore la Fête de la Fédération de 1790, symbole de l’union de la Nation, et/ou l’événement de la prise de la Bastille du , symbole de la fin de la monarchie absolue puisqu’elle dispose : « La République adopte le 14 Juillet comme jour de fête nationale annuelle» (article unique).

Si le 14 juillet est généralement associé à  la prise de la Bastille en 1789, c’est dans les faits le 14 juillet 1790, la fête de la Fédération, qui est officiellement commémorée en France et dans les faits, de la IIIe République à  nos jours, les maires des communes de France et les Français commémorent les deux 14 juillet».

  

Gustave Eiffel

Alexandre Gustave Eiffel, né Bonickhausen dit Eiffel le 15 décembre 1832 à Dijon et mort le 27 décembre 1923 à Paris, est un ingénieur centralien et un industriel français, qui a notamment participé à la construction de la tour Eiffel à Paris, du viaduc de Garabit et de la statue de la Liberté à New York.

Le premier grand chantier de Gustave Eiffel est, en 1858, le pont ferroviaire de 500 mètres de long de Bordeaux dont il assure à 26 ans seulement la direction des travaux, une prouesse technique sur une rivière aussi large, qui lui permet de tester toute une série d’innovations qui feront sa force par la suite.

Eiffel, fort de ses premières expériences réussies, décide de fonder sa propre société. En 1866, il fait l’acquisition des Ateliers Pauwels de constructions métalliques, à Levallois-Perret, juste à l’ouest de Paris.

L’entreprise emporte alors plusieurs grandes commandes d’édification de viaducs et de bâtiments à structure ou charpentes métalliques. Pour ce faire, il n’hésite pas à parcourir l’Europe entière.

Le talent de l’ingénieur centralien, sa vivacité à saisir toute nouvelle idée ou projet, mais aussi sa grande capacité à s’entourer de brillants collaborateurs, contribuent au succès de la société Eiffel : Théophile Seyrig en 1868, Émile Nouguier à partir de 1875, Maurice Koechlin à partir de 1879, etc.

Maurice Koechlin sera d’ailleurs à l’origine en 1881 de la conception de l’armature de fer de la statue de la Liberté, dessinée par Bartholdi et inaugurée à New York en 1886.