Archives de catégorie : Documentaires

Big Bang

Le Big Bang (« Grand Boum ») est un modèle cosmologique utilisé par les scientifiques pour décrire l’origine et l’évolution de l’Univers.

Il a été initialement proposé en 1927 par le chanoine catholique belge Georges Lemaître, qui décrivait dans les grandes lignes l’expansion de l’Univers, avant que celle-ci soit mise en évidence par l’astronome américain Edwin Hubble en 1929.

Ce modèle est désigné pour la première fois sous le terme ironique de « Big Bang » lors d’une émission de la BBC, The Nature of Things le dont le texte fut publié en 1950, par le physicien britannique Fred Hoyle, qui lui-même préférait les modèles d’état stationnaire.

De façon générale, le terme « Big Bang » est associé à toutes les théories qui décrivent notre Univers comme issu d’une dilatation rapide qui fait penser à une explosion, et est également le nom associé à cette époque dense et chaude qu’a connue l’Univers il y a 13,8 milliards d’années sans que cela préjuge de l’existence d’un « instant initial » ou d’un commencement à son histoire.

Le concept général du Big Bang, à savoir que l’Univers est en expansion et a été plus dense et plus chaud par le passé, doit sans doute être attribué au Russe Alexandre Friedmann, qui l’avait proposé en 1922, cinq ans avant Lemaître.

Son assise ne fut cependant établie qu’en 1965 avec la découverte du fond diffus cosmologique, l’« éclat disparu de la formation des mondes », selon les termes de Georges Lemaître, qui attesta de façon définitive la réalité de l’époque dense et chaude de l’Univers primordial.

Le terme de « Big Bang chaud » (« Hot Big Bang ») était parfois utilisé initialement pour indiquer que, selon ce modèle, l’Univers était plus chaud quand il était plus dense. Le qualificatif de « chaud » était ajouté par souci de précision, car le fait que l’on puisse associer une notion de température à l’Univers dans son ensemble n’était pas encore bien compris au moment où le modèle a été proposé, au milieu du XXe siècle.

Albert Einstein, en mettant au point la relativité générale, aurait pu déduire l’expansion de l’Univers, mais a préféré modifier ses équations en y ajoutant sa constante cosmologique, car il était persuadé que l’Univers devait être statique.

  

Physique classique

On appelle physique classique l’ensemble des théories physiques validées jusqu’à la fin du XIXe siècle, à savoir :

> la mécanique newtonienne, inventée par Newton vers 1666 et publiée en 1687, puis perfectionnée par des générations ultérieures de physiciens, notamment pour les besoins de la mécanique céleste.

> la théorie du champ électromagnétique, développée par Maxwell en 1865 à partir du concept de champ introduit par Faraday, puis reformulée par Lorentz en 1895. Cette théorie inclut l’optique ondulatoire comme cas particulier.

> la thermodynamique, formalisée dans les années 1850 par Clausius, et une première version de la physique statistique : la théorie cinétique des gaz, développée par Maxwell et Boltzmann.

La dénomination « physique classique » a été introduite par opposition à la physique quantique, née des fruits de l’hypothèse des quanta introduite par Planck en 1900.

Physique quantique

La physique quantique est l’appellation générale d’un ensemble de théories physiques nées au XXe siècle qui, comme la théorie de la relativité, marque une rupture avec ce que l’on appelle maintenant la physique classique, qui regroupe par définition les théories et principes physiques connus au XIXe siècle.

Les théories dites « quantiques » décrivent le comportement des atomes et des particules, ce que la physique classique (notamment la mécanique newtonienne et la théorie électromagnétique de Maxwell) n’avait pu faire, et permettent d’élucider en particulier certaines propriétés du rayonnement électromagnétique qui restaient inexpliquées par la physique classique.

     

Pays basque français

Le Pays basque français ou Pays basque nord est la partie du Pays basque située sur le territoire français.

Il constitue la fraction nord du Pays Basque, avec les 3 provinces historiques du Labourd, de la Soule et de la Basse-Navarre.

C’est aussi la partie occidentale des Pyrénées-Atlantiques.

Le Pays basque français a une superficie de 3 000 km2 pour une population de 300 000 habitants.

C’est une région à la fois très montagneuse et océane.

La révolution de l’intelligence artificielle

L’intelligence artificielle (IA) est « l’ensemble de théories et de techniques mises en œuvre en vue de réaliser des machines capables de simuler l’intelligence ».

Elle correspond donc à un ensemble de concepts et de technologies plus qu’à une discipline autonome constituée.

Souvent classée dans le groupe des sciences cognitives, elle fait appel à la neurobiologie computationnelle (particulièrement aux réseaux neuronaux), à la logique mathématique (sous-discipline des mathématiques et de la philosophie) et à l’informatique. Elle recherche des méthodes de résolution de problèmes à forte complexité logique ou algorithmique.

Par extension elle désigne, dans le langage courant, les dispositifs imitant ou remplaçant l’homme dans certaines mises en œuvre de ses fonctions cognitives.

Ses finalités et son développement suscitent, depuis toujours, de nombreuses interprétations, fantasmes ou inquiétudes s’exprimant tant dans les récits ou films de science-fiction que dans les essais philosophiques.

Le porte-avions Charles de Gaulle

Le Charles de Gaulle est un porte-avions de la Marine nationale française dont il est le bâtiment majeur et la pièce maîtresse.

Il est le premier et unique bâtiment de combat de surface à propulsion nucléaire construit en Europe occidentale. La France est, en 2018, le seul pays en dehors des États-Unis à avoir terminé la construction d’un porte-avions à propulsion nucléaire.

Il a remplacé le porte-avions Clemenceau. Un second porte-avions devait être construit, le PA 2 pour remplacer le Foch, conformément aux promesses du président Sarkozy lors de la campagne présidentielle de 2007, mais le projet a finalement été repoussé, des études d’évaluation ont été menées en 2009, puis il a été abandonné en 2013.

Paris est la ville marraine du Charles de Gaulle depuis le 9 octobre 2001. En février 2017, il entre en cale sèche à Toulon pour y subir un chantier de mise à niveau qui doit durer dix-huit mois.

Air Crash : danger dans le ciel

Air Crash ou Dangers dans le ciel en France, Danger dans les airs ou Mayday au Québec (Air Emergency aux États-Unis, Air Crash Investigation dans le reste des pays anglo-saxons, et anciennement Mayday : Alerte maximum en France), est une série documentaire télévisée produite par Cineflix au Canada. Créée en 2003 par André Barro et Bernard Vaillot.

Cette série documentaire étudie les accidents d’avions contemporains en montrant ce qui a conduit au crash. Chaque épisode est composé de reconstitutions jouées par des acteurs, d’interviews, de témoignages et de scènes réalisées par images de synthèse. Dans certains épisodes, on retrouve également des enregistrements du cockpit pour reconstituer la séquence des événements.

Il existe deux versions françaises de cette série : une réalisée pour France 5 et dont l’adaptation (c’est-à-dire la « traduction » de la narration et du commentaire des intervenants) est signée du créateur de la série Bernard Vaillot, et l’autre pour les diffusions hors France 5 dont l’adaptation suit la version anglophone et donc légèrement différente de la première version française. De ce fait, sur France 5, l’émission est intitulée Dangers dans le ciel et le générique ne change jamais au gré des saisons. Au Québec, la narration est assurée par le comédien et pilote Gaston Lepage.

Air Crash (Mayday , Danger Dans Le Ciel) : en streaming – DpStream

Histoire de la photographie

Le premier procédé photographique ou héliographie a été inventé par Nicéphore Niépce vers 1824. Les images étaient obtenues avec du bitume de Judée étendu sur une plaque d’argent, après un temps de pose de plusieurs jours.

En 1829, Niépce associa à ses recherches, Louis Jacques Mandé Daguerre. En 1832, ils mirent au point, à partir du résidu de la distillation de l’essence de lavande, un second procédé produisant des images en une journée de temps de pose.

La photographie a su tirer parti de nombreuses innovations technologiques et techniques dans les domaines de l’optique, de la chimie, de la mécanique, de l’électricité, de l’électronique et de l’informatique.

L’histoire du jeu vidéo

L’Histoire du jeu vidéo débute dans les années 1950, où l’idée du jeu vidéo naît au sein des universités lors de recherches sur l’informatique.

Les jeux vidéo ne se font connaitre du grand public qu’à partir des années 1970 avec la commercialisation des premières bornes d’arcade ainsi que les consoles de jeux vidéos, pouvant faire tourner une dizaine de jeux simplistes.

Le jeu vidéo devient alors une industrie, évoluant avec la technologie et marqué par un krach en 1983, à la suite de l’inondation des modèles sur le marché après le boom des années 1970.

L’Histoire du jeu vidéo s’étend également sur PC, qui représente aujourd’hui une forte proportion du marché et qui prend de plus en plus de place grâce à la distribution dématérialisée, via Steam notamment.

Depuis les années 2010, le jeu vidéo s’y développe également sur smartphone, grâce à des appareils de plus en plus puissants et des écrans de plus en plus grand, permettant le développement de jeux du même acabit que ceux des années 2000 sur consoles portables.

En 2018, huit générations de consoles se sont succédé, la dernière étant composée de la Wii U, la Nintendo 3DS, la Nintendo Switch, la PlayStation 4, la PlayStation Vita et la Xbox One.