Archives de catégorie : Défense & Sécurité

Merci de signer la pétition de soignants contre les LBD : « j’ai vu des scanners de patients aux crânes fracassés »

Publié le jeudi 31 janvier 2019 à 6h01
par Ouafia Kheniche@ouafiak

Le docteur Laurent Thines, professeur de neurochirurgie au CHU de Besançon, a lancé une pétition pour un moratoire sur l’utilisation des armes sublétales afin d’alerter « sur leur dangerosité extrême ». Il nous explique ce qui l’a poussé à agir.

Au terme d’une opération chirurgicale qui a duré six heures, le neurologue prend le temps d’expliquer sa démarche au micro de France Inter : « Je ne suis pas un politique mais avant tout un médecin et un citoyen ». Il a beaucoup réfléchi avant de lancer cette pétition pour la suspension des armes sublétales LBD40, mais aussi les grenades de désencerclement. « J’ai été très choqué, en tant que neurochirurgien, de la gravité des lésions qui étaient infligées à des personnes qui, dans beaucoup de cas, manifestaient de façon pacifique. »

José Jover
@MoiLisezLes soignants français pour un Moratoire sur l’utilisation des armes sub-létales. – Sign the Petition! http://chng.it/DjKJKvvW : « Je suis Laurent Thines. neurochirurgien, chef de service au CHRU de Besançon,particulièrement choqué des lésions chez les personnes blessées. »

9:49 PM – Jan 27, 2019

Sur la ville de Besançon, il n’y a pas eu de blessés graves liées aux LBD (lanceurs de balles de défense). Mais le médecin a eu accès et a pu consulter avec attention des rapports sur des blessures infligées à des manifestants, transmis par des confrères d’autres régions. « J’ai pu aussi consulter les images des scanners anonymisés de certains patients. On retrouve à la fois des lésions externes, des plaies du cuir chevelu, des contusions ou, chez certains patients, la perte d’un œil et des lésions internes, du même type que celles que l’on trouve sur des scènes de guerre ou sur des accidents graves de la route. »

J’ai vu des scanners de personnes qui avaient le crâne fracassé, avec des hématomes intracrâniens et des séquelles neurologiques. C’est tout simplement inacceptable.

Le médecin évoque la centaine de blessés graves et les 17 personnes ayant perdu un œil, un constat qui lui semble tout aussi intolérable. Dans sa pétition, il évoque le cas d’une jeune femme qui, lors de sa première manifestation, a perdu un œil. Et la nécessité pour lui d’agir en tant que médecin. « Je veux porter la paroles des soignants, car je suis assez surpris qu’ils ne s’élèvent pas contre les violences alors qu’ils sont en première ligne pour gérer ces blessés graves. »

65 000 signataires pour la pétition demandant un moratoire sur les armes sublétales. Parmi eux, des médecins et d’autres membres du personnel paramédical. Tous remercient le neurochirurgien d’avoir osé prendre la parole sur ce sujet. « J’ai pesé le pour et le contre car ce n’est pas une démarche anodine. Mais on ne peut pas rester dans l’inaction. C’est intolérable médicalement et humainement. »
Le neurologue parle d’une dérive autoritaire lors des manifestations des gilets jaunes. Il n’hésite pas à évoquer une volonté politique de faire peur aux manifestants : pour lui, le ministère de l’Intérieur veut dissuader les gens d’aller manifester.

« On demande l’arrêt immédiat de l’utilisation de ces armes, pour que l’on statue sur leur dangerosité. Il faut interdire ces armes lors d’opérations de maintien de l’ordre, ou que l’on encadre de façon beaucoup plus stricte leur utilisation. Cela peut passer par le respect des consignes. Ce que l’on voit dans les statistiques actuelles, c’est que la moitié des personnes sont blessées à la tête alors qu’il est interdit de la viser ! »

Quel moyen de substitution ?

Le docteur Larbi Benali, maître de conférence à l’université de Bordeaux, spécialisé en médecine légale et expert auprès de la cour d’appel de Bordeaux, n’a pas signé la pétition mais il estime qu’il s’agit d’une très bonne initiative : « Cela va peut-être permettre d’ouvrir un vrai débat au sujet de ces armes. Par exemple, on peut s’interroger sur les moyens qui sont en notre possession pour se substituer à ces armes ».

Le médecin évoque le cas de deux personnes grièvement blessées à l’œil, dont il a pu constater directement l’étendue des lésions. « C’est l’utilisation de ces armes et l’encadrement des forces de l’ordre qui doivent être remises en question. Il faut former les forces de l’ordre, les sensibiliser aux dangers de ce genre d’armes. Encore trop souvent, les policiers et les gendarmes qui utilisent ces LBD n’ont pas réellement la connaissance des conséquences d’un tir qui ne serait pas fait à une distance réglementaire. »

En 2016, Larbi Bénali avait participé à une étude sur la dangerosité des flashball (remplacés depuis par les LBD40). Cet article scientifique, paru dans la revue de médecine légale, n’avait pas provoqué de débat au sein des pouvoirs publics. Depuis d’autres études, notamment internationales, ont pointé la dangerosité de ces armes sans qu’elles soient interdites pour autant.

Les médecins n’avaient quand à eux jamais posé le problème publiquement. « Il faut faire remonter les cas de blessures provoquées par les LBD que nous rencontrons. C’est notre devoir sur le plan scientifique et aussi en tant que citoyen. Ces armes dites sublétales peuvent générer la mort : il faut avoir conscience de ce risque », insite Larbi Bénali.

franceinter.fr/amp/justice/petition-de-soignants-contre-les-lbd-j-ai-vu-des-scanners-de-patients-aux-cranes-fracasses