Archives de catégorie : Biarritz

Surf : le Biarritz Belza Classic lancé, pas le Longboard Pro

Biarritz accueille jusqu’à ce dimanche les pros du longboard en lice pour le titre européen et une qualification aux Mondiaux.

Il faudra attendre ce vendredi 8 juin pour voir s’affronter sur les vagues de la Côte des Basques les concurrents du Longboard Pro Biarritz.

En parallèle, des animations musicales et festives auront lieu sur le village de la compétition, avec Dj Bass-Ka (funk, hip-Hop et groove), Odd Lights (punk-rock), Sunset Stereo Sound System (Vibrations jamaïcaines et caribéennes).

Samedi également, jusqu’à 2 heures, le collectif Standart allumera ensuite le toit du Bar de la côte pour une soirée gratuite avec la possibilité de faire un don au bénéfice des associations locales Water Family et Keep A Breast.

Biarritz : une glace chez Dezamy

Le « rendez-vous glace » qui fait vibrer toute la côte basque: pile face au marché de Biarritz, chez les Dezamy. Sara, d’origine italienne, et Guillaume, qui fut ingénieur dans une vie antérieure et se consacre désormais aux gelati sous toutes leurs formes.

Ils font craquer les gourmands de délices crémeux, glacés et variés, avec leur parfums en or, leurs sorbets splendides, leurs glaces gourmandes, leurs classiques revisités avec amour :

maisondezamy.fr

19e Rallye des Princesses : Cap vers Biarritz dès le 2 juin

Descendant du Paris-Saint-Raphaël né en 1929 et à l’époque lui aussi réservé aux femmes, le rallye des Princesses débute le 2 juin.

Ralliant habituellement Paris à Saint-Tropez, les 90 équipages de l’édition 2018 se dirigeront cette fois vers Biarritz. Au terme de cinq étapes, où les calculs des copilotes compteront autant que le coup de volant des pilotes.

Le Rallye des Princesses, c’est un excellent moyen de s’amuser au volant d’une voiture ancienne, en toute sécurité :

zaniroli.com/rallye-des-princesses

The Sinking World à Biarritz

L’exposition sous-marine The Sinking World (2011) de l’Autrichien Andreas Franke pour la première fois en France, à la Cité de l’Océan de Biarritz, du 1er juin au 31 août 2018.

Il y a quelques années, les épaves de navire de la marine américaine datant de la Seconde Guerre mondiale (USS Vandenberg, Stavronikita SS et USS Mohawk) ont été coulées afin de constituer des récifs artificiels dans un Parc Naturel au large de la Floride.

Pour allier ses deux passions, la photographie et la plongée sous-marine, Andreas Franke a utilisé les vestiges de ces épaves pour donner naissance à des scènes de vie surréalistes et aquatiques, mélangeant avec talent photographie sous-marine et retouche numérique.

Considéré comme l’un des 200 plus grands photographes du monde, Andreas Franke a encore été plus loin en exposant ses photos dans les profondeurs océaniques, sur les épaves qui l’ont inspiré. Par 27 mètres de profondeur dans l’Océan Atlantique, cette galerie d’art sous-marine uniquement accessible aux plongeurs fut un projet fascinant pour l’artiste et son public !

Chaque photographie, protégée par un cadre en acier et une plaque de plexiglas, a séjourné 4 à 5 mois dans l’Océan.

Pendant ce temps-là, la vie marine a aisément colonisé les œuvres laissant apparaître une patine particulière faisant de ces photographies des objets uniques.

« Grâce à ces photos, je peux emmener les spectateurs dans des mondes irréels et étranges, mêlant présent et passé, mais aussi attirer leur attention sur le rôle important des récifs artificiels pour les écosystèmes marins » Andreas Franke.

Présentées pour la 1ère fois en France, les toiles associent art, histoire et préservation environnementale

En marge de l’exposition, une vidéo de 3 minutes a été tournée à 360° par un des 12 000 plongeurs ayant visité l’exposition sous-marine au large de la Floride.

La Cité de l’Océan propose donc à ses visiteurs, au travers d’un masque de réalité virtuelle, de découvrir les sensations de ce plongeur dans cet univers décalé et extrême.

Le visiteur y découvre les œuvres qu’il verra ensuite dans l’exposition jouxtant l’espace virtuel et sera immergé dans le monde du silence, à plusieurs mètres de profondeur, avec une sensation oppressante mais apaisante.

citedelocean.com

Biarritz : nouveau graphisme et nouvelles fonctionnalités pour le site de la Ville

La ville a lancé mercredi matin, son nouveau portail, destiné à informer les Biarrots d’un jour ou de toujours.

Cet outil de communication a été pensé pour être transversal, complet et pour permettre des recherches rapides.

Il ouvre sur deux sites : celui de la Ville, plutôt destiné aux résidents, et celui de Biarritz Tourisme, pour les vacanciers et visiteurs.

Deux ans de travail et 70 000 euros ont été investis dans le portail :

biarritz.fr

Explorez la vague sur surf-biarritz-paysbasque.com

Mondialement célèbre pour la qualité de ses vagues et le spectacle grandiose que son littoral offre, des plages de sable fin d’Anglet aux petites criques abritées du sud, la Côte basque est un véritable paradis pour surfeurs.

Un territoire où l’esprit du voyage rencontre un art de vivre traditionnel, où la gastronomie et l’esprit de la fête fusionnent au bord des spots, comme une invitation à vivre définitivement libres et heureux… à condition de connaître les bonnes adresses !

Biarritz Tourisme et l’Agence de d’Attractivité et de Développement touristiques Béarn Pays Basque, forts de la marque « Biarritz-Pays Basque » reconnue pour être l’une des 20 marques mondiales portant l’image de la France à l’international, se sont engagés dans un projet visant à promouvoir au niveau national et international la pratique du surf sur la côte basque tout au long de l’année (d’Anglet à Hendaye).

De cette fédération des acteurs institutionnels et privés est né un site internet dédié au surf :

www.surf-biarritz-paysbasque.com

Ce site présente (en français et en anglais) :

  • les différents spots de surf et leurs atouts,
  • les écoles de surf avec les bonnes adresses bars et restos des profs,
  • les différentes formules de stages, initiation, surf camp, surf guide,
  • les activités surf pour les groupes, séminaires & incentives (surf & quad, surf & yoga, surf & bien-être …),
  • les évènements liés à la culture surf,
  • une sélection d’hébergements répondant aux besoins spécifiques des surfeurs : local pour stockage des planches, mise à disposition des conditions de surf et de la wax, point d’eau pour rincer les combinaisons …),
  • une sélection de bonnes adresses de restaurants et bars,
  • les conditions de transport et les tarifs des compagnies aériennes desservant l’aéroport Biarritz Pays basque et de la SNCF,
  • Et quelques autres surprises à découvrir par vous-même…

30 km de littoral qui concentrent toutes les sensations des meilleures vagues du monde et des spots pour tous les niveaux : du débutant qui souhaitent découvrir les joies de la glisse, à l’expert qui veut repousser ses limites.

Vincent Cassel et Tina Kunakey, leur mariage prévu à Biarritz

Ensemble depuis trois ans, Vincent Cassel et Tina Kunakey, qui a 31 ans de moins que lui, ont l’intention d’unir leurs destinées lors d’une cérémonie qui aura lieu à Biarritz au mois d’août.

C’est dans cette ville que la jolie italienne a toujours vécu, croit savoir le magazine Public, le premier à avoir fait état de cette union.

Pour l’occasion, Tina Kunakey portera une robe signée Viktor et Rolf.

Cette rumeur de mariage n’a pas pour l’heure été confirmée par les deux amoureux.

Leur idylle révélée par le magazine Voici avait été officialisée
en 2016.

« Nous nous sommes rencontrés un peu comme tout le monde. Deux personnes qui se retrouvent au même endroit et au même moment, et qui sont attirées l’une par l’autre. C’est une des belles surprises de la vie ! », avait dit alors la future mariée.

Biarritz : Villas et jardins 1900-1930

Editeur : Editions Norma; Édition : 01 (16 novembre 2016)
Collection : NORMA EDITIONS
ISBN-10 : 2915542996
ISBN-13 : 978-2915542998

A partir de 1854, la famille impériale fait de Biarritz sa villégiature, entraînant le développement rapide de ce qui n’était alors qu’un modeste village de pêcheurs.

Attirées par la présence d’Eugénie et de Napoléon III, des familles aisées s’installent dans d’immenses propriétés.

Vingt-cinq ans plus tard, l’impératrice met en vente son vaste domaine qui est immédiatement loti et découpé en 269 terrains à bâtir.

Seuls survivent au rêve impérial l’hôtel du Palais, construit sur les ruines de la villa Eugénie, et la Chapelle.

La Belle Epoque confirme Biarritz dans sa vocation touristique internationale et les maisons et villas luxueuses en pierre de Bidache éclosent, souvent entourées de jardins et signées par des grands noms de l’architecture française, à l’image des villas Océana et Natacha d’Henri Sauvage, chefs-d’oeuvre de style Art nouveau.

Après la Grande Guerre, Biarritz se modernise. L’Exposition de Paris 1925 a lancé le style Art déco qui sera choisi pour édifier le nouveau casino.

L’automobile, l’avion, la mode féminine, le jazz, le sport, l’héliotropisme… sont les nouveaux symboles de la vie moderne.

La villégiature exprime les goûts de cette société marquée du sceau de la jeunesse.

Les villas s’ouvrent sur la nature et se prolongent par des jardins géométriques dessinés comme des salons en plein air.

Les styles et les enjeux esthétiques renvoient aux débats d’idées de l’époque.

Le néo-basque labourdin ou hispanique souligne la foi dans le renouveau du génie local tandis que l’Art déco et le modernisme reflètent l’adhésion au cosmopolitisme et à l’internationalisme.

Biarritz : trois bébés phoques soignés à l’Aquarium vont regagner leur milieu naturel

Baptisés Eleanor, Bixente et Mimi, les trois bébés phoques gris s’étaient échoués sur les plages basco-landaises au mois de janvier.

Les tempêtes hivernales bouleversent en effet, l’équilibre de ces petits mammifères à peine sevrés et de tels échouages arrivent régulièrement.

A bout de force, épuisés, ils avaient été recueillis dans le centre de soins de l’Aquarium de Biarritz. A leur arrivée, ils ne pesaient qu’une quinzaine de kilos alors qu’ils auraient dû en peser le double.

Ayant récupéré toutes leurs forces, toutes leurs capacités, ils vont regagner leur milieu naturel le jeudi 19 avril à 16h depuis l’Île Segal, à 25km de Brest.

Afin de leur éviter un long trajet retour, les soigneurs biarrots préfèrent les ramener au plus proche de leurs colonies en Bretagne.

Avant d’être relâchés dans leur milieu naturel, les phoques seront marqués et bagués.

Ils seront ainsi identifiables et les équipes scientifiques pourront étudier les façons dans les spécimens échoués se réintègrent dans leur milieu.