Archives de catégorie : Arts & Cultures

Dinosaure

Le terme Dinosauria fut proposé par le paléontologue anglais Richard Owen en avril 1842. Dès le milieu du XIXe siècle et jusqu’à la fin des années 1960, les dinosaures furent considérés par les scientifiques comme des lézards géants, des reptiles à sang froid, patauds et lents, ayant disparu à la fin du Mésozoïque victimes de leur stupidité.

Amorcée par le paléontologue américain John Ostrom, en 1969, la « renaissance des dinosaures » se caractérise par un regain d’intérêt pour l’étude des dinosaures, qui furent dès lors reconnus comme des animaux actifs, probablement endothermes même si toutes les études ne sont pas d’accord, et ayant des comportements sociaux complexes, bien distincts de nos reptiles actuels.

Les dinosaures suscitèrent dès leur découverte un grand intérêt auprès du public et les reconstitutions de squelettes dévoilées à l’occasion des expositions ont toujours été des attractions majeures dans les musées du monde entier.

Les dinosaures sont d’ailleurs devenus partie intégrante de la culture populaire aux XXe et XXIe siècles, figurant dans une pléthore de livres et des films à succès tels que Jurassic Park et L’âge de glace 3.

Aujourd’hui, si une « dinomania » touche notamment certains enfants, la curiosité populaire ne s’est jamais démentie et les nouvelles découvertes régulièrement rapportées par les médias entretiennent une certaine fascination pour ces animaux.

Les dinosaures, du grec ancien δεινός / deinόs (« terriblement grand ») et σαῦρος / saûros (« lézard »), forment un super-ordre extrêmement diversifié de vertébrés diapsides.

Ce sont des archosaures ovipares, ayant en commun une posture érigée et partageant un certain nombre de synapomorphies telles que la présence d’une crête deltopectorale allongée au niveau de l’humérus et un acetabulum perforant le bassin.

Présents dès le milleu du Ladinien (dernier étage du Trias moyen), il y a environ 240 Ma, ils disparaissent presque entièrement lors de l’extinction Crétacé-Tertiaire il y a 66 Ma.

La majorité des paléontologues admettent que les oiseaux ont émergé de petits dinosaures théropodes du Jurassique supérieur. Ainsi la survie des oiseaux à cette extinction, leur diversification considérable durant le Cénozoïque, en fait le seul groupe vivant actuel de dinosaures selon cette hypothèse.

Ce groupe de vertébrés majoritairement terrestres connut un succès évolutif considérable au Mésozoïque, dominant les faunes continentales entre le Trias supérieur et le Crétacé supérieur pendant plus de 170 Ma.

Présents sur l’ensemble des continents dès la fin du Trias, ils comprennent des formes très diverses d’animaux terrestres et volants, bipèdes et quadrupèdes, carnivores et herbivores, ayant développé toute une série d’innovations squelettiques et tégumentaires telles que des cornes, des crêtes, des plaques et des plumes.

Les dinosaures non-aviens comptent parmi eux les animaux les plus grands et les plus lourds ayant existé sur la terre ferme. Néanmoins, un grand nombre de dinosaures ne dépassait pas la taille d’un être humain et certains d’entre eux étaient plus petits qu’une poule.

La classification actuelle des dinosaures distingue deux grands clades selon la morphologie de leur bassin : les Ornithischia et les Saurischia.

Les Ornithischia (ou Ornithischiens) ne comprennent que des dinosaures herbivores que les paléontologues divisent en trois groupes majeurs, les Ornithopoda qui regroupent des dinosaures majoritairement bipèdes dont les fameux dinosaures à « bec de canard » (ou Hadrosauridae), les Marginocephalia qui incluent des dinosaures à collerette et à dôme osseux sur le haut de la tête (respectivement les Ceratopsia et les Pachycephalosauria), et enfin les Thyreophora qui englobent des dinosaures quadrupèdes surmontés d’armures, de piques et de plaques osseuses sur le dos et la queue (les Ankylosauria et les Stegosauria).

Les Saurischia (ou Saurischiens) sont divisés en deux clades bien distincts, les Theropoda qui comprennent des dinosaures bipèdes et l’entièreté des dinosaures carnivores et piscivores ainsi que les dinosaures à plumes et les dinosaures volants (les oiseaux dans leur grande majorité), et les Sauropodomorpha, des animaux généralement quadrupèdes et de très grande taille munis d’un long cou, d’une petite tête et d’une longue queue.

En 2017, une révision de cette classification a été proposée par Matthew Baron et ses collègues, en regroupant les théropodes et ornithischiens au sein d’un même clade, Ornithoscelida, reprenant le nom d’un ordre de dinosaures introduit par Thomas Huxley en 1873.

     

  

  

Révolution française 1789

La Révolution française est une période de l’histoire de France comprise entre l’ouverture des États généraux, le , et le coup d’État du 18 brumaire de Napoléon Bonaparte, le . Il s’agit d’un moment crucial puisqu’il débouchera, un peu plus de trois ans après la prise de la Bastille, sur la fin de l’Ancien Régime le 10 août 1792.

La Révolution française s’est déroulée en deux temps, par deux révolutions successives, qui ont transformé d’abord le Royaume de France en une monarchie constitutionnelle, puis en Première République, mettant fin à une société d’ordres et aux anciens privilèges.

La Révolution française a légué de toutes nouvelles formes politiques, notamment au travers de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 qui proclame l’égalité des citoyens devant la loi, les libertés fondamentales, et la souveraineté de la Nation, apte à se gouverner au travers de représentants élus.

Plusieurs centaines de milliers de personnes trouvèrent la mort durant cette révolution, notamment sous la Terreur, ainsi que pendant les tentatives de contre-révolution, principalement la guerre de Vendée.

Dès son commencement, la portée universelle des idées de la Révolution française a été proclamée par ses partisans, et l’ampleur de ses conséquences soulignée par ses détracteurs. Les guerres de la Révolution française, qui ont touché une large partie de l’Europe continentale, ont abouti à la création de « républiques sœurs » et à la transformation des frontières et des États d’Europe, contribuant à la diffusion des idées révolutionnaires. Ces conflits ont ensuite trouvé leur prolongement dans les guerres napoléoniennes.

La Révolution est restée un objet de débats ainsi qu’une référence positive tout autant que négative tout au long des deux siècles qui l’ont suivie, en France comme dans le monde. Elle a créé des divisions immédiates et durables entre les partisans des idées révolutionnaires et les défenseurs de l’ordre ancien, ainsi qu’entre les anticléricaux et l’Église catholique.

La fin de la Révolution française est généralement située au coup d’État du 18 brumaire (du 8 au 10 novembre 1799), lorsque Napoléon Bonaparte accède au pouvoir et inaugure la période du Consulat qui aboutit, cinq ans plus tard, à l’avènement de l’Empire. Elle marque le début d’une période de grande instabilité institutionnelle en France au cours de laquelle se succèdent trois monarchies constitutionnelles, deux éphémères républiques et deux empires, jusqu’à l’avènement définitif de la République au cours des années 1870.

  

Fête nationale française du 14 juillet

Le 14 Juillet est la fête nationale de la Rêpublique française.

C’est un jour férié en France.

Elle a été instituée par la loi du 6 juillet 1880 qui établit un jour de fête nationale annuelle, qui ne précise pas si elle commémore la Fête de la Fédération de 1790, symbole de l’union de la Nation, et/ou l’événement de la prise de la Bastille du , symbole de la fin de la monarchie absolue puisqu’elle dispose : « La République adopte le 14 Juillet comme jour de fête nationale annuelle» (article unique).

Si le 14 juillet est généralement associé à  la prise de la Bastille en 1789, c’est dans les faits le 14 juillet 1790, la fête de la Fédération, qui est officiellement commémorée en France et dans les faits, de la IIIe République à  nos jours, les maires des communes de France et les Français commémorent les deux 14 juillet».

  

Gustave Eiffel

Alexandre Gustave Eiffel, né Bonickhausen dit Eiffel le 15 décembre 1832 à Dijon et mort le 27 décembre 1923 à Paris, est un ingénieur centralien et un industriel français, qui a notamment participé à la construction de la tour Eiffel à Paris, du viaduc de Garabit et de la statue de la Liberté à New York.

Le premier grand chantier de Gustave Eiffel est, en 1858, le pont ferroviaire de 500 mètres de long de Bordeaux dont il assure à 26 ans seulement la direction des travaux, une prouesse technique sur une rivière aussi large, qui lui permet de tester toute une série d’innovations qui feront sa force par la suite.

Eiffel, fort de ses premières expériences réussies, décide de fonder sa propre société. En 1866, il fait l’acquisition des Ateliers Pauwels de constructions métalliques, à Levallois-Perret, juste à l’ouest de Paris.

L’entreprise emporte alors plusieurs grandes commandes d’édification de viaducs et de bâtiments à structure ou charpentes métalliques. Pour ce faire, il n’hésite pas à parcourir l’Europe entière.

Le talent de l’ingénieur centralien, sa vivacité à saisir toute nouvelle idée ou projet, mais aussi sa grande capacité à s’entourer de brillants collaborateurs, contribuent au succès de la société Eiffel : Théophile Seyrig en 1868, Émile Nouguier à partir de 1875, Maurice Koechlin à partir de 1879, etc.

Maurice Koechlin sera d’ailleurs à l’origine en 1881 de la conception de l’armature de fer de la statue de la Liberté, dessinée par Bartholdi et inaugurée à New York en 1886.

     

Tour Eiffel

La tour Eiffel est une tour de fer puddlé de 324 mètres de hauteur (avec antennes) située à Paris, à l’extrémité nord-ouest du parc du Champ-de-Mars en bordure de la Seine dans le 7e arrondissement.

Construite par Gustave Eiffel et ses collaborateurs pour l’Exposition universelle de Paris de 1889, et initialement nommée « tour de 300 mètres », ce monument est devenu le symbole de la capitale française, et un site touristique de premier plan : il s’agit du second site culturel français payant le plus visité en 2011, avec 7,1 millions de visiteurs dont 75 % d’étrangers en 2011, la cathédrale Notre-Dame de Paris étant en tête des monuments à l’accès libre avec 13,6 millions de visiteurs estimés2 mais il reste le monument payant le plus visité au monde. Depuis son ouverture au public, elle a accueilli plus de 300 millions de visiteurs.

D’une hauteur de 312 mètres à l’origine, la tour Eiffel est restée le monument le plus élevé du monde pendant quarante ans. Le second niveau du troisième étage, appelé parfois quatrième étage, situé à 279,11 mètres, est la plus haute plateforme d’observation accessible au public de l’Union européenne et la deuxième plus haute d’Europe, derrière la Tour Ostankino à Moscou culminant à 337 mètres. La hauteur de la tour a été plusieurs fois augmentée par l’installation de nombreuses antennes. Utilisée dans le passé pour de nombreuses expériences scientifiques, elle sert aujourd’hui d’émetteur de programmes radiophoniques et télévisés.

     

Bayonne Anglet Biarritz Autrefois

Entre Nive et Adour, à quelques kilomètres de l’Océan Atlantique,
porte d’entrée du Pays Basque et de la Gascogne,
le site de Bayonne se développe dès l’époque romaine.

“Ma e Pignada per m’aida », “La mer et la forêt de pins pour m’aider”
la devise d’Anglet reflète parfaitement la personnalité de la ville,
point de rencontre entre la forêt et l’océan.

“J’ai pour moi les vents, les astres et la mer” affirme la devise de Biarritz,

cet ancien petit port de pêcheurs, devenu au fil des siècles
une grande station balnéaire de renommée internationale.

     

Jean-Paul Gaultier

Jean-Paul Gaultier, né le 24 avril 1952 à Bagneux, est un styliste et grand couturier français, fondateur de l’entreprise Jean Paul Gaultier, ainsi qu’un créateur de parfums.

Après de nombreuses expériences dans les maisons de Pierre Cardin, Jacques Esterel, Jean Patou puis de nouveau Pierre Cardin durant les années 1970, il lance sa première collection sous son nom. Si elle retient l’attention, faite de tout et de rien celle-ci est un échec commercial. Mais le groupe japonais Kashiyama lui offre un soutien financier et Jean Paul Gaultier renoue avec le succès.

Dans les années 1980, figure majeure de cette vague de jeunes créateurs qui révolutionnent la mode, il devient incontournable. Ses défilés spectaculaires, les uns après les autres, renversent les conventions du vêtement.

Durant ces années, par le contre-pied qui caractérise souvent ses réalisations, il habille les hommes en femmes, bouscule le mouvement gay, fait défiler des « mannequins » qu’il croise dans la rue, habille les femmes de corsets… Grand professionnel de la coupe et maîtrisant les classiques de la Couture, créatif et pas uniquement provocateur, ses collections mêlent aussi parfois l’humour et les détournements. La marinière, l’un de ses symboles, est présente dès 1983 lors de sa première collection homme, la première jupe pour homme deux ans plus tard.

Dans les années 1990, Jean Paul Gaultier Parfums voit le jour. C’est également à cette époque que Madonna porte le célèbre bustier à bonnets coniques.

Alors que la génération de créateurs des années 1980 refusait le conformisme de la haute couture incarné à l’époque par Yves Saint Laurent ou Carven, Jean Paul Gaultier présente  avec succès sa première collection sous cette appellation en 1997.

Il est récompensé peu après par le CFDA. En 2004, Jean Paul Gaultier mène, en parallèle des activités à son nom, la création du prêt-à-porter chez Hermès durant six ans. Il lance également au cours des années des lignes complémentaires tel que Junior Gaultier, Gaultier Jean, JPG, ou la ligne unisexe Gaultier, ainsi qu’une luxueuse collection de lingerie avec le fabricant italien La Perla.

S’il est fréquemment surnommé de façon réductrice « l’enfant terrible de la mode » par les médias, Jean Paul Gaultier, grand couturier, avec sa traditionnelle coiffure en brosse, est considéré mondialement comme un symbole de la culture française, et est devenu une icône de la mode.

Les Carnets de Julie

Les Carnets de Julie est une émission de télévision française culinaire hebdomadaire, présentée par Julie Andrieu, diffusée depuis septembre 2012 sur France 3.

Chaque numéro voit Julie Andrieu partir à la découverte d’un terroir français, à la rencontre de cuisiniers amateurs, de recettes gastronomiques méconnues mais représentatives de la région et d’éléments du patrimoine local.

Chaque émission se clôt par un banquet rassemblant les spécialités et les personnalités rencontrées.

Replay